Le vol PDF

9M-MRD, le Boeing 777-200ER impliqué dans l’événement, le 21 octobre 2011. En juillet 2015, la Malaisie propose que le Le vol PDF de sécurité des Nations unies établisse un tribunal international pour poursuivre les responsables de l’abattage de l’avion. Situation militaire au moment de la catastrophe. Il s’agit de la seconde catastrophe de l’année 2014 pour la compagnie malaisienne, moins de cinq mois après la disparition du vol 370 qui transportait à son bord 239 personnes.


C’est l’histoire d’un vol.
Le vol d’une jeunesse, d’une insouciance, d’un premier amour, le vol d’un pays.
C’est ce qui aurait pu être une histoire d’amour comme les autres, sauf que c’était ici, Buenos Aires, où les ballons de foot tournent sur les stades, et où les balles des militaires frappent.

Plus des deux tiers des passagers sont Néerlandais, 28 passagers sont malaisiens et les passagers restants sont de onze nationalités différentes. Avec un lourd bilan de 298 morts, le vol 17 de la Malaysia Airlines a donné lieu à la cinquième catastrophe aérienne la plus meurtrière dans l’histoire de l’aviation parmi celles n’impliquant qu’un seul avion, la pire en Ukraine et la pire pour la compagnie. Ce qu’on appelle une route directe est un raccourci permettant à un aéronef de voler en ligne droite sans suivre l’itinéraire établi en points de passage obligés ce qui fait économiser du carburant et du temps. Le général Andreï Kartapolov de l’état-major russe souligne qu’ après Donetsk, l’avion malaisien a changé de cap, et s’est écarté de son corridor vers la gauche jusqu’à 14 km.

Le New York Times souligne que la Russie avait fermé quatre routes aériennes près de la frontière ukrainienne, qu’aurait dû emprunter le MH 17 en survolant le Donbass. Ces trous sont vraisemblablement produits par une ogive à fragmentation dont est doté le missile qui explose à proximité de sa cible. Immédiatement après le crash, Igor Girkin, un leader pro-séparatiste engagé sur le terrain, poste sur le réseau social russe VKontakte une revendication indiquant que ses forces viennent d’abattre un avion militaire. Igor Girkin y déclare :  Nous venons d’abattre un avion, un AN-26, dans les environs de Torez. Il est couché quelque part dans la mine Progress. Nous avions averti de ne pas voler dans notre espace aérien. Nous avons la vidéo qui le confirme.

Russie pour ne pas laisser de preuves. Selon le Wall Street Journal, les organismes américains seraient divisés sur le fait de savoir si l’avion a été abattu par l’armée russe ou par des séparatistes pro-russes. Missiles Buk-M2 similaires à celui qui aurait été utilisé pour abattre l’appareil. Mediapart publie le 30 janvier 2015 une enquête du site d’investigation CORRECT!

Le 12 mars 2015, l’agence Reuters par le biais de son reporter Anton Zverev publie l’interview d’un témoin Piotr Fedotov, un villageois de 58 ans, qui affirme avoir vu un missile lancé depuis un territoire tenu par l’armée ukrainienne. Image satellite présentée par le Ministère de la Défense russe lors d’une conférence de presse à propos de l’accident du vol MH17 qui déclare qu’elle date du 17 juillet 2014 et qu’elle montre le secteur de la route des vols civils quelques heures avant l’accident. Sur la photo, on indique que deux véhicules SAM « Buk-M1 » ainsi qu’un véhicule blindé sont marqués dans la région du village de Zarochtchenskoïe. Le 25 juillet, RIA Novosti déclare que des informateurs de l’armée ukrainienne leur auraient fait part de manœuvres d’entraînement de défense anti-aérienne du 156e régiment d’artillerie anti-aérienne avec des missiles Buk-M1 dans la banlieue de Donetsk, manœuvres qui se seraient déroulées au moment de l’incident.

Le crash du MH17  est une erreur et qu’une erreur de ce type a déjà été faite par l’Ukraine, à ma connaissance l’un des rares pays qui ait fait ce type d’erreur récemment. Yan Novikov déclare aussi que ce système n’est plus produit depuis 1999 et que seule l’Ukraine en détient encore. Les enquêteurs néerlandais chargés des investigations expliquent ne pas être en mesure de commenter ces déclarations. Pour l’expert militaire Pavel Felgenhauer,  la réaction russe est enfantine : on ment et on s’offense.

Le mensonge est devenu la norme. Américains et les Ukrainiens ne reposent que sur des informations de réseaux sociaux, dont la date et la source ne sont pas vérifiées. Selon l’analyste et journaliste Ben Nimmo, qui traque la propagande russe, l’affaire du vol MH 17 a donné lieu a un effort de désinformation sans précédent. Ainsi les autorités officielles ont présenté en parallèle deux théories censées démontrer que l’avion avait été détruit par les Ukrainiens. Arrivée des premières dépouilles à l’aéroport d’Eindhoven. Les corps des victimes de l’avion malaisien ont été enlevés le 20 juillet 2014 du site du crash, dans l’est de l’Ukraine, par les séparatistes prorusses pour être placés dans des wagons réfrigérés situés à 15 km de la zone sécurisée, en gare de Torez, afin de permettre l’identification des victimes par les experts internationaux.