LEGISLATION DES SUBSTANCES DANGEREUSES ET VENENEUSES PDF

Mais il y a Big Pharma ! Une étude universitaire américaine LEGISLATION DES SUBSTANCES DANGEREUSES ET VENENEUSES PDF montré encore une fois la puissance de l’argent et le pouvoir de l’argent pour tuer les bactéries, les virus, etc.


Les indications données dans cette page internet sur l’argent colloïdal, sont indicatifs. Au moindre trouble, il est absolument nécessaire de consulter un médecin ou un médecin-naturopathe, il est conseillé de lire attentivement le mode d’emploi accompagnant les produits. Si l’on ingère que 1 mg d’argent pur, il ne fera pas beaucoup d’effet, de mal non plus. Si vous deviez diviser ce 1 mg en 1. Si l’on devait diviser davantage de l’argent pur de 1 mg en 100.

000 particules, il serait très bénéfique en effet, vu que l’argent est plus finement divisé le PPM par définition reste la même ! Ce qui compte vraiment ce n’est pas le nombre de PPM. 10 – 15 ppm nous semble très bien, mais il est important de diviser l’argent aussi finement que possible. C’est ce que fait très bien depuis plus de 20 ans le www. Plus vous montez en ppm moins le produit est efficace. 5 ppm et 15 ppm MAXIMUM élimine plus de 650 espèces de microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes, dont certains en MOINS D’UNE MINUTES ! Plus vous montez en ppm et moins vous tuez de microbes, virus, bactéries, parasites, moisissures, champignons et mycoplasmes.

23 000 morts », à peu près autant que les morts par armes à feu. Patrice Courvalin qui dirige à l’Institut Pasteur, le Centre national de référence de la résistance aux antibiotiques en France, pense qu’il s’agit d’un problème « majeur ». Le problème n’est pas seulement de ne plus pouvoir traiter une maladie, mais de devoir un jour tirer un trait sur 20 à 30 ans de progrès médical », explique-t-il. Au Royaume-Uni, la principale conseillère du gouvernement pour la santé, Sally Davies, qualifie la résistance aux antibiotiques comme une « menace planétaire » comparable au réchauffement climatique et au terrorisme. Ce phénomène est pourtant naturel : il s’agit de l’apparition, par un processus de sélection, de souches mutantes de bactéries devenues « insensibles » au médicament.

Les infections provoquées ne répondent plus aux traitements, ce qui entraîne une maladie plus longue à traiter, un danger accru de transmission, un surcoût, et surtout un risque de décès plus élevé. Pour l’OMS, l’usage « inapproprié » des antimicrobiens est la première cause de résistance autant dans les pays pauvres, où les doses administrées peuvent être trop faibles, que dans les pays riches, où les utilisations peuvent être, au contraire, excessives. Dans les pays riches, on assiste en outre à la multiplication dans les hôpitaux d’infections « nosocomiales » sur des patients affaiblis, par des bactéries résistantes comme des staphylocoques dorés. L’Institut des maladies infectieuses et immunitaires au Canada estime qu’un patient sur neuf admis à l’hôpital chaque année, soit 250 000 Canadiens au total, contracte une infection nosocomiale, et que 8000 en meurent. Dans le monde occidental, la moitié des antimicrobiens sont destinés aux animaux d’élevage, une pratique qui contribue à augmenter les résistances d’organismes comme les salmonelles qui peuvent se transmettre à l’homme, affirme l’OMS. Les pays qui consomment le plus d’antibiotiques sont ceux ou l’on trouve le plus de bactéries résistantes. La corrélation entre résistance et prescription est prouvée.