Les Amitiés célestes PDF

Jacqueline Kelen les Amitiés célestes PDF un écrivain français diplômée de lettres classiques et productrice à France Culture auteur de plus de 70 ouvrages parus entre 1982 et 2017. Elle s’est notamment consacrée à l’évocation des grands mythes de l’humanité, comme en témoignent ses multiples publications, parmi lesquelles Marie-Madeleine : un amour infini, L’éternel masculin, Les femmes éternelles ou encore Les femmes et la Bible. Elle n’hésite pas à aborder aussi des sujets d’actualité, tel celui de l’anorexie, et le fait d’une manière des plus originales, comme le montre son livre La faim de l’âme. En 2002, elle a reçu le prix ALEF des libraires pour son essai L’esprit de solitude, dans lequel elle célèbre  la voie solitaire, seule voie salutaire .


Héritière de la philosophie grecque qui place la philia au sommet des vertus, l’amitié spirituelle qui se développe dès les premiers temps du christianisme est à l’origine de fondations d’ordres, de missions, d’une riche correspondance et de textes magnifiques. C’est une émulation sur le chemin du ciel en même temps qu’une tendresse partagée et une indéfectible fidélité.

Jacqueline Kelen nous convie ici à un voyage à travers l’Europe chrétienne, depuis les ermites du IVe siècle jusqu’à nos jours, en racontant de belles amitiés, qu’elles soient passionnées ou plus sages, paisibles ou contrariées (Maître Eckhart et Soeur Catherine, Pierre de Bérulle et Madame Acarie). Certains amis sont célèbres et auréolés de sainteté (François et Claire d’Assise) ; d’autres (Hildegarde de Bingen ou Teilhard de Chardin) vivent les ambiguïtés et les risques d’un lien qui cherche à se hisser au-dessus du simple attachement sentimental.

Les Amitiés célestes sont aussi une invitation à s’interroger sur ce qui nourrit et illumine toute relation terrestre.

L’arbre-gingembre, illustré par Alain Gauthier, Moulins, Ipomée, 1985 . Les reines noires : Didon, Salomé, la reine de Saba, Paris, Albin Michel, 1987. Les nouveaux pères, Paris, Flammarion, 1986. Les nuits de Schéhérazade, Paris, Albin Michel, 1986.

Le guide des rencontres : agences matrimoniales, clubs de rencontre, petites annonces, enquête, conseils, adresses, avec Bruno Totvanian, Paris, Carrère, 1988. Protégeons les animaux, Paris, L’École de Noé, 1991. L’éternel masculin : traité de chevalerie à l’usage des hommes d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 1994. Propositions d’amour, Paris, Anne Carrière, 1995. Les barques du sommeil : essai, Coursegoules, éd. Les femmes éternelles : Antigone, Dulcinée, Nausicaa, Mélusine, Paris, Anne Carrière, 1998.

La Déesse nue : contes de la belle au bain, éd. Le diable préfère les saints, Paris, Éd. Le sens de l’hospitalité, Paris, Guy Trédaniel, 2017. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 21 juillet 2018 à 21:12. Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose d’évoquer à chaud et succinctement, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque. Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide. Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges.

Quand on cherche le peuple, on le trouve. Au sens propre comme au figuré. Emmanuel Macron aurait pu tenter de renouer avec les Oubliés, sur les terres desquels il était ces jours-ci. Mais il a choisi de se tenir à distance de la colère française lors de son « itinérance » autopromotionnelle sur les lieux de la Grande Guerre : des « gilets jaunes » ont été écartés des cortèges et des caméras.

Ce n’est pas seulement une révolte fiscale qui s’exprimera samedi, à l’appel des réseaux sociaux, sous le symbole du gilet jaune de la sécurité routière. Les taxes supplémentaires sur le carburant sont l’étincelle. Mais le terreau est depuis longtemps inflammable. Le gouvernement n’éteindra pas les braises avec ses derniers chèques compensatoires ou ses « superprimes » pour changer de voiture. Ce mot  nationalisme  fait partie de ces mots-valises au sens imprécis utilisés à tort et à travers de nos jours comme des repoussoirs afin de couper court à toute argumentation. On nous assène même des formules stupides du genre  le nationalisme, c’est la guerre . Le nationalisme, qui à l’origine ne fait que désigner la prise de conscience d’appartenir à une nation et pas à une autre, comme on appartient à une famille et même de s’en montrer fier n’a absolument rien de négatif, au contraire c’est la chose la plus normale au monde .