Les bronzes antiques de paris PDF

Le musée Saint-Raymond, ou musée des Antiques, est le musée archéologique de Toulouse ouvert en 1892. Il conserve et présente des collections archéologiques de la protohistoire au haut Moyen Âge, essentiellement des périodes celte, romaine et paléochrétienne. Dans les années 1075-1080, à la place du bâtiment actuel, un hôpital réservé aux pauvres et aux pèlerins faisant le chemin de Saint-Jacques de Compostelle par la via Tolosane, est fondé par Raymond Gayrard et financé par les Comtes les bronzes antiques de paris PDF Toulouse. Le bâtiment actuel daté de 1523 est l’œuvre du maçon Louis Privat, qui réalisera quelques années plus tard l’hôtel de Jean de Bernuy.


La Ville de Toulouse l’achète en 1836 pour le destiner à des fonctions diverses telles que celles d’écuries et de caserne. Il construit également une maison néogothique dans l’ancienne cour du collège, devenue jardin. Il est l’un des rares témoignages toujours existants de l’architecture universitaire toulousaine de la fin du Moyen Âge. Basilique Saint-Sernin et collège Saint-Raymond reliés par l’arc du Peyrou en 1760. Vue stéréoscopique par Eugène Trutat du collège vers 1860, avant sa restauration par Viollet-Le-Duc avec les traces de l’ancienne chapelle. Années 1880 ː le presbytère de la basilique Saint-Sernin, devenu musée Saint-Raymond en 1892. Le musée Saint-Raymond de Toulouse, en 1934.

Camille Ournac en présence de Jean Jaurès, conseiller municipal . Il sert ainsi à décharger le musée des Augustins alors en travaux et dans l’impossibilité de les exposer. Le bâtiment est adapté à ses nouvelles fonctions par l’architecte Arthur Romestin et des escaliers, cloisons et placards sont abattus afin de créer des espaces d’exposition plus vastes. De nombreuses fenêtres sont percées afin de mieux éclairer les salles. Sans doute, les résultats sont encore très au-dessous de ce que nous aurions voulu. Du moins, avons-nous apporté à la tâche commune beaucoup de dévouement et de passion. Dans les années 1920 on fait percer par l’architecte Arthur Romestin trois grandes fenêtres afin d’éclairer davantage la salle d’exposition.