Les capitales du capital : Histoire des places financières internationales 1780-2005 PDF

Son agglomération urbaine, le Grand Buenos Aires, compte les capitales du capital : Histoire des places financières internationales 1780-2005 PDF 500 000 habitants. Ils sont pour la plupart d’origine espagnole ou italienne et la religion prépondérante est le catholicisme.


Les places financières internationales sont aujourd’hui l’objet d’un enjeu économique certain. Et pourtant, aucune étude historique d’ensemble ne leur a été consacrée. Ce livre s’efforce de combler cette lacune. Il présente une histoire comparée des places les plus importantes, celles qui constituent véritablement les capitales du capital -New York, Londres, Francfort, Paris, Zurich, Amsterdam, Tokyo, Hongkong, Singapour – du début de l’ère industrielle à nos jours.
L’ouvrage a été conçu comme une réflexion sur la dynamique de l’essor et du déclin des places financières internationales, en les replaçant dans leur contexte économique, politique, social et culturel. Travail d’historien, ancré dans un récit narratif, il fait cependant appel aux concepts de l’économie financière dans son effort d’analyse et d’interprétation.
L’histoire des places financières englobe l’histoire de toute l’activité financière sans être celle d’aucune de ses composantes en particulier. C’est une autre façon d’écrire l’histoire de la banque et de la finance, une façon qui permet de saisir celle-ci à la fois dans sa globalité et dans sa relation la plus directe avec son environnement.

La série Essais des Champion Classiques réunit des études fondamentales qui ont fait ou font date dans le domaine considéré. Elles sont issues du fonds des Editions Honoré Champion, revues, corrigées, augmentées si nécessaire, ou publiées pour la première fois dans une collection de référence.

Buenos Aires est située sur la rive sud-ouest de l’estuaire Río de la Plata et le centre ville se trouve à trente-trois kilomètres au sud-sud-est de l’embouchure du fleuve Paraná. La plupart des rues de la ville se croisent à angle droit, respectant l’ancien plan hippodamien de l’urbanisme espagnol qu’on retrouve dans de nombreuses villes du continent américain. De nombreux immeubles modernes remplacent les vieilles maisons à un étage de la période coloniale. Ce nom provient d’un temple païen situé sur les îles Baléares. Pedro de Mendoza, qui était à la recherche d’or, fonde une petite colonie le 2 février 1536 à l’embouchure du Rio de la Plata, qu’il baptise :  Nuestra Señora Santa Maria del Buen Ayre . Monument à Juan de Garay, refondateur de Buenos Aires.