Les champignons mortels d’Europe PDF

Nima’Sadi de partage et d’expérimentation sur autoproduction – les activités associatives de Passerelle Eco. Qu’est ce qui est en train de tuer nos abeilles ? Promotion de la les champignons mortels d’Europe PDF animale moderne dans les vignes !


Cet ouvrage présente, décrits et illustrés, la plupart des champignons vénéneux que l’on peut rencontrer en Europe. Il y en a de bien connus : la terrible amanite phalloïde bien sûr (responsable d’environ 90% des accidents mortels dus à la consommation de champignons), ses deux soeurs blanches aussi funestes (l’amanite printanière et l’amanite vireuse), l’entolome livide, le bolet satan, le cortinaire « des montagnes », et le champignon sans doute le plus célèbre au monde, celui de Blanche-Neige, « chapeau rouge, points blancs » : l’amanite tue-mouches… Le lecteur trouvera, en regard de chaque planche, la description concise mais précise des espèces, insistant beaucoup sur l’habitat et les risques de confusion avec des espèces réputées comestibles. Il trouvera également une rubrique « toxicité », particulièrement renseignée -intégrant les derniers résultats de la recherche en myco-toxicologie -, décrivant en détails la symptomatologie ainsi que les traitements. Il s’agit du premier ouvrage, du moins en Europe, consacré exclusivement aux champignons vénéneux. L’importance de ce travail est évidente. Les pharmaciens qui n’ont besoin de connaître que les espèces vénéneuses, ne disposaient jusqu’à présent d’aucun ouvrage présentant celles-ci avec l’exhaustivité nécessaire à la bonne « prise de décision ». La consultation de cet ouvrage, ou du moins celle des planches en couleurs, permettra au pharmacien de repérer, dans les paniers, les ressemblances inquiétantes et d’écarter tout danger. Concernant les champignons comestibles, tout pharmacien les connaît : il y en a peu, ils sont très célèbres, et leur connaissance fait partie de la formation pharmacologique. Les champignons mortels d’Europe constituent aussi un outil précieux pour le « cueilleur lambda ». Malgré les efforts toujours croissants en matière d’information et de prévention, les empoisonnements fongiques ne diminuent pas. Le soin apporté, en particulier, à la confection des planches en couleurs, devrait permettre de réduire les risques de méprise. C’est la peur viscérale d’être tué par la consommation de champignons sauvages qu’il faut parvenir à faire naître. Les spécialistes de la myco-toxicologie soulignent que la conscience (même infime) de cette peur, loin de provoquer l’excitation du danger, détourne presque toujours la personne de l’idée de consommation. Si cet ouvrage permet de faire prendre conscience au lecteur du danger qu’il court et de lui éviter l’accident, alors il aura rempli son office.

Semences : quelles sélections et variétés pour la qualité ? La PAC, nouvelles orientations 2014 – 2020. Faut il enterrer les semences rustiques dans un bunker mausolée ? L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? La BIO est elle soluble dans le chimique ?

La guerre de l’ortie aura-t-elle lieu ? Claude Bourguignon est également auteur de la préface du livre « Introduction à la Permaculture ». Claude BOURGUIGNON Microbiologiste des Sols A ce stade de la complexité des questions soulevées par notre rapport actuel à l’environnement, à l’Agriculture, il est utile d’écouter maintenant ce que Claude Bourguignon nous expliqua en 1991, lors d’une rencontre-entretien réenrichie en 1994. Qu’est-ce que c’est pour vous, un sol ? Bourguignon : Le sol est une matière vivante complexe, plus complexe encore que l’eau ou l’atmosphère qui sont des milieux relativement simples. Vous savez, le sol est un milieu minoritaire sur notre planète : il n’a que 30 centimètres d’épaisseur en moyenne.

Et dans ce sol, très mince, il y a beaucoup plus d’êtres vivants que sur le reste de la surface de la terre. Il est extrement mal vu dans notre société. Il est source centrale de mort dans la vision pasteurienne. Les microbes sont fondamentaux pour la vie.

C’est le moment où vos ennuis commencent avec l’Inra ? L’Inra a rejeté en bloc l’agriculture biologique, bio-dynamique, sans l’avoir jamais étudiée ! C’est une faute professionnelle grave de la part de cet Institut face à la déontologie scientifique. C’est là où il a perdu sa liberté. Ce n’est plus réellement un Institut d’état. Quelle a été votre démarche au début de vos recherches ? Claude Bourguignon  : J’ai essayé de comprendre pourquoi certains sols étaient plus vivants que d’autres.