Les enfants perdus du franquisme PDF

Les enfants perdus du franquisme PDF MALENTENDU OU ACTE DE RACISME À MARMANDE ? A LYON, LA POLICE A-T-ELLE « GAZÉ » UN CHIEN OU DES ROMS ?


Le sujet, initialement exhumé par un film, diffusé par la télévision espagnole, reste encore largement tabou en Espagne. Dans les années 1940, et jusqu’aux années 1980, des dizaines de milliers d’enfants sont retirés de leur famille pour des raisons idéologiques, et placés dans des familles franquistes. Cette pratique quasi systématique s’opère avec la complicité des autorités religieuses. Il pourrait s’agir de 300 000 enfants, qui souvent ignorent tout de leur passé. Le médecin psychiatre Antonio Vallejo Nagera, proche de Franco, justifie sa pratique : « Les relations intimes existant entre le marxisme et l’infériorité mentale sont évidentes et concluent, sur base de ce postulat, que la mise à l’écart des sujets, dès l’enfance, pourrait affranchir la société de cette idéologie… » A la mort de Franco, le dessein, initialement idéologique, devient essentiellement lucratif. Aujourd’hui, des familles réclament la vérité. La justice espagnole ne les a pas encore entendues.

HALDE : UNE DISPARITION PROGRAMMÉE ? LE MINISTÈRE DE L’IMMIGRATION A-T-IL VRAIMENT DISPARU ? SOUPE AU COCHON » : COMMENT UN RASSEMBLEMENT ILLÉGAL PEUT-IL ENCORE AVOIR LIEU ? INTÉGRATION: LE MODÈLE FRANÇAIS EN ÉCHEC ? PACS, MARIAGE: LE RETOUR DE LA DISCRIMINATION FISCALE CONTRE LES COUPLES HOMOS? ALAIN JAKUBOWICZ : HÉLAS, LE RACISME ANTI-BLANC EXISTE!

EXTRÊME DROITE DANS LES FACS ? SOCIÉTÉ MULTICULTURELLE: LA BELGIQUE EST-ELLE RACISTE? SUÈDE: QUI TIRE SUR LES IMMIGRÉS? PROCÈS DU GANG DES BARBARES: UN HUIS CLOS NUISIBLE? POUR UNE SOCIÉTÉ CIVILE EUROPÉENNE ANTIRACISTE ! 2010 – Le recteur de l’académie de Toulouse a tranché : pas de voile à l’école.

Alors qu’il est interdit aux professeurs d’exprimer ou de matérialiser leurs croyances religieuses, la jeune femme « se présentait revêtue d’un foulard recouvrant l’ensemble de sa chevelure » et refusait « de serrer la main de ses collègues ou des personnes de sexe masculin au nom de ses convictions religieuses », a justifié le recteur. Une enquête va être menée auprès des professionnels de l’immobilier et de particuliers mettant leur bien en location. De faux-clients vont traquer les pratiques discriminatoires. C’est un cas unique en France selon la Halde. 2010 – C’est une expérience unique en France qui va être menée à Villeurbanne.

La ville parraine un testing qui sera exécuté sur son territoire pour évaluer les pratiques de discrimination à la location de logements. Dix-huit critères donnent lieu à ces faits condamnés par la loi, parmi lesquels l’origine ethnique, la situation de famille, la santé, le handicap, l’âge, la religion. Pour mettre en évidence ces agissements, plusieurs faux candidats vont répondre à une même annonce. Ce sont des candidatures comparables en tous points.

Ne va varier qu’un seul critère potentiellement discriminant », précise Eric Cediey, directeur d’ISM Corum, chargé de réaliser l’enquête. Cette association villeurbannaise refuse de donner trop de détails à l’opération, pour que l’effet de surprise ne soit pas gâché. Ce testing, la ville le veut pédagogique et en aucun cas stigmatisant pour les personnes épinglées. Au moment de lancer cette initiative ce mercredi, le maire Jean-Paul Bret s’est montré très mesuré. Pas de réquisitoire fiévreux contre le racisme, le sexisme ou l’homophobie.

On peut faire de la discrimination sans le savoir », a-t-il même affirmé. La FNAIM qui représente les agences immobilières est prête à s’engager. Le principal souci du client, c’est la régularité des paiements », souligne le professionnel. 2010 – Le collage sauvage d’affiches portant en toutes lettres l’inscription « mafia juive », accolée aux mots « racket », « meurtre », « drogue » ou encore « escroquerie », suscite l’émoi depuis quelques jours à Paris et en proche banlieue. C’est un mélange de tristesse et de rage face à la survivance d’un antisémitisme primaire », déclare Paul-Jacob Dana, un habitant de Boulogne-Billancourt, qui a découvert une de ces affiches dans sa rue. Reproduisant fidèlement la couverture d’un livre signé d’un auteur d’extrême droite, Hervé Ryssen, les affiches représentent trois hommes censés figurer « les grands prédateurs internationaux » de la « mafia juive ».

Une version imagée de la théorie du complot. La « Fonctionnelle », service municipal de voirie de la capitale, mobilisable 24 heures sur 24, est jusqu’ici intervenue sur une quarantaine de sites, où figuraient parfois plusieurs exemplaires de l’affiche. Elles étaient presque toujours placées en hauteur, de manière à ne pas pouvoir être décrochées facilement par les passants », explique la Ville de Paris. Qui a collé ces affiches et qui les produit ? Il est cependant possible de les acquérir sur la Toile en quelques clics, notamment via le blog de l’auteur du livre La mafia juive. Passé du communisme libertaire à l’extrême droite radicale, Hervé Lalin, alias Hervé Ryssen, propose de les commander : « 150 affiches pour 15 euros, frais de port de 13 euros.

Si vous voulez sortir du ghetto numérique et exprimer efficacement votre ras-le-bol, c’est le moment ! Nombreux sont ceux qui voient dans cette campagne d’affichage la marque de l’extrême droite. Le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de la question, interrogé par France 3 Ile-de-France, fait notamment un lien avec la bataille que se livrent Marine Le Pen et Bruno Gollnisch pour la présidence du Front national. Hervé Ryssen a, en effet, signé plusieurs articles dans le journal d’extrême droite Rivarol, qui a récemment pris farouchement parti pour Bruno Gollnisch. Très actives sur Internet, des mouvances radicales « veulent désormais que leur propagande s’affiche dans les rues, c’est-à-dire à la vue de tous », estime-t-il.