Les Maîtres, du mythe à la réalité PDF

Solitude du journal : Alexandre Tharaud, Christian Bobin, Philippe Les Maîtres, du mythe à la réalité PDF, Dominique Noguez, Pierre Bergounioux. Pour plus d’informations et pour en paramétrer l’utilisation, cliquez ici.


Michel Coquet s’attache dans cet ouvrage à nous montrer qui sont les Maîtres et quel espoir formidable ils représentent dans ce nouveau cycle de manifestation. Loin de la vision d’un gouvernement occulte qui dirigerait le monde, les Maîtres apparaissent ici comme une Fraternité de femmes et d’hommes qui, parvenus à un certain stade de perfection, conscients de leur nature divine, et vivant dans l’unité d’une conscience à jamais victorieuse du mirage de la dualité, agissent avec un unique dessein : aider et éveiller la conscience de l’humanité.

C’est une étude non spéculative sur l’existence, et surtout sur l’action de ces sages, au coeur des activités religieuses de notre monde. Ainsi le Bouddha en Orient et le Christ en Occident.

L’auteur présente d’abord les différents Maîtres orientaux, les Mahatmas de la Théosophie, donne la preuve de leur existence ou de leur initiation. Puis, il nous fait découvrir les Maîtres incarnés en Occident, connus sous le nom de Rose-Croix. Il montre enfin que certains pseudo instructeurs, sectes et organisations, se sont accaparés l’identité des Frères Aînés pour justifier une filiation traditionnelle.

Michel Coquet s’appuie sur l’expérience et la connaissance de ceux qui ont réalisé cette Sagesse pour répondre aux aspirations nouvelles des jeunes générations, les aider à mieux connaître les règles de la relation maître disciple et leur permettre d’éviter les pièges nombreux qui balisent le sentier des aspirants et disciples.

En recherche depuis de longues années, Michel Coquet a réalisé de nombreux voyages à travers le monde qui lui ont permis de rencontrer des êtres d’exception et de faire la part entre le mythe et la réalité dans le domaine de la spiritualité. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont : Pèlerinage au coeur de l’Inde, Ed. Adyar, 1989 ; Yogi Ramsuratkumar, le divin mendiant, Éd. A.L.T.E.S.S., 1996 ; Wesak, Mystérieuse Vallée du Tibet, Éd. Hélios, 2001 ; Histoire des Peuples et des Civilisations, de la création jusqu’à nos jours, Éd. Nouvelles Réalités, 2002 ; La Vie de Jésus Démystifiée, Ed. Nouvelles Réalités, 2003 ; Shingon, le bouddhisme tantrique japonais, Éd. Guy Trédaniel, 2004. 15 x 24 cm

Ce mémoire a été refusé en Mai 2008. Un second mémoire a été présenté en Septembre 2008. Il a été soutenu et validé. Il s’agit de penser notre temps à l’aide de concepts et modèles plus appropriés à la situation. En connaître les limites n’empêche pas de penser et de croiser les approches pour réfléchir à notre condition humaine à l’aube de ce nouveau millénaire. Il s’agit des changements dans l’histoire des sciences, de l’évolution des théories.

Le paradigme est un modèle théorique de pensée, qui oriente la réflexion et la recherche scientifique. Pour cet auteur, l’histoire de la science est discontinue. C’est une période qui vient après la modernité. Pourtant, il est difficile de dater le passage de la modernité à la postmodernité. Pour beaucoup de gens, la modernité continue encore à fonctionner.

Pour ce qui nous concerne, la postmodernité c’est notre temps, elle vient en continuité et en rupture avec la modernité. La pensée de Marx est en continuité avec la pensée moderne, notamment sur le rôle du progrès et de la science, sur la visée d’émancipation, mais il introduit aussi une rupture. Il commence par constater que l’histoire humaine est l’histoire de la lutte de classe. Pour lui, il n’y a pas de nature humaine, mais une ou plutôt des conditions humaines.

Un se divise en deux : la société est une unité qui contient au moins deux classes : la bourgeoisie et le prolétariat. La démocratie Le concept de démocratie était important pour la modernité. Dans le contexte postmoderne, la notion de démocratie ne fait pas débat. Elle est mise en œuvre et la philosophie n’aborde pas ce sujet en tant que tel. Personne ne semble vouloir revenir en arrière. Ce qui peut faire débat, c’est le fait qu’elle est limitée. Par exemple, toutes les personnes qui vivent en France n’ont pas le droit de vote.