Les mondes de Ralph PDF

Baer a apporté de nombreuses contributions au domaine du jeu vidéo, notamment la console à usage domestique raccordée à la télévision. Il est parfois surnommé  le père des jeux vidéo . La National Medal of Technology and Innovation lui est remise en 2006. Baer naît en 1922 dans une famille juive, qui les mondes de Ralph PDF l’Allemagne en 1938 afin de s’établir aux États-Unis.


Avant d’aller se coucher quoi de mieux qu’un merveilleux conte Disney ? Après la lecture d’un texte court et simple, les tout-petits s’endormiront avec de jolies images plein les yeux.

Enrôlé en 1943, Baer fait partie du service de renseignement militaire. Il retourne aux États-Unis en 1946 et finance ses études grâce au G. Le fabricant de téléviseurs le charge de concevoir un appareil plus performant que ceux disponibles sur le marché. 1966, il travaille son idée de jeu sur téléviseur. Baer imagine un boîtier électronique se rattachant au téléviseur, esquisse d’une console de jeu vidéo. Très vite, un second prototype est mis au point utilisant deux carrés générés par des circuits similaires à ceux du premier prototype.

Ce projet, totalement en dehors du domaine de défense militaire de Sanders Associates, reste connu des seules personnes concernées. D’autres jeux sont mis au point. Le prototype est déjà très avancé : il génère des jeux en couleurs, utilise un magnétophone à cassette pour donner les instructions via le haut-parleur du téléviseur, et utilise même des joysticks. D’abord en noir et blanc, il est rapidement remis en couleurs.

Mais il manque quelque chose d’attractif. C’est alors que Bill Rusch, ingénieur créatif, rejoint le projet. Il propose alors un troisième carré, non pas contrôlé par un joueur, mais par la machine. En même temps, Ralph Baer propose un concept révolutionnaire: jouer à des jeux via le réseau de télévision câblé afin de bénéficier de décors filmés par caméra, de joueurs virtuels générés électroniquement, et même d’obstacles. Ralph Baer étudie l’idée avec une caméra, mais la technologie employée par Bill Rusch n’est pas stable.

Le prototype de jeux sur réseau câblé est montré en 1968 à Teleprompter, mais le projet meurt à la suite de la grande faillite des opérateurs de l’époque. Face au succès certain du jeu de Tennis et de ses dérivés, l’équipe se concentre sur une version corrigée du quatrième prototype, en utilisant les circuits de base du troisième. Le sixième prototype est né: il joue à Chase Game, Tennis, Volleyball, Handball, quelques variantes et aux jeux de tir. Baer développa la Magnavox Odyssey, la toute première console de jeux vidéo. Fin 1968, Sanders Associates décide de commercialiser la Brown Box et contacte plusieurs fabricants de téléviseurs pour proposer une licence du concept.

Un accord est pratiquement signé avec General Electric. Puis, RCA s’intéresse au projet, signe un premier contrat, qui est finalement annulé en 1970. C’est alors que Magnavox s’intéresse au projet. Entre-temps, un ingénieur de chez RCA qui avait compris l’enjeu du projet, était passé chez Magnavox. La production démarrera véritablement durant le dernier trimestre de 1972.

Finalement, plus de 340 000 consoles Odyssey seront vendues jusqu’à 1975, où des modèles simplifiés la remplacent : les Odyssey 100 et 200. L’Odyssey a été montrée au public les 24 et 25 mai 1972 à la Magnavox Profit Caravan. Nolan Bushnell et quelques employés de Nutting Assotiates, où il travaille, jouent au Tennis et signent le livre d’or. Fin 1972, il met au point le premier jeu d’arcade à succès : Pong.

Atari sera plus tard attaqué par Magnavox pour ne pas avoir acheté sa licence. Ralph Baer recevant la National Medal of Technology de la main du président américain George W. Par la suite, Ralph Baer assiste Coleco dans la mise au point de la Coleco Telstar. En 2005, son autobiographie est publiée par Rolenta Press sous le titre Videogames : In the Beginning.

Les grands noms du jeu vidéo , 2012, 232 p. Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé  Ralph H. Jean-Claude Heudin, Les Créatures artificielles : Des automates aux mondes virtuels, Odile Jacob, 2008, 496 p. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 25 mai 2018 à 15:20. Cette page est en semi-protection longue. Unique portrait reconnu de William Shakespeare.