Les officiers français dans l’entre-deux-guerres PDF

Les relations entre la France et les États-Unis ont débuté avant même la création des États-Unis d’Amérique. Article détaillé : Histoire coloniale de les officiers français dans l’entre-deux-guerres PDF’Amérique du Nord.


Entre le milieu des années 1920 et celui des années 1930, dans une période où la France victorieuse mais épuisée croyait à une paix durable, plusieurs milliers de. jeunes gens ont choisi d’entrer dans la carrière des armes grâce aux grandes écoles militaires, Polytechnique, Saint-Cyr, Navale et l’Ecole de l’air. C’est à leur parcours qu’on s’intéresse ici, aux choix qu’ils ont faits, à la façon dont ils ont été marqués par les circonstances dans une période, de la défaite de 1940 à la fin de la guerre d’Algérie, où la France et ses armées ont connu des tribulations dont l’histoire offre peu d ‘exemples. Les comportements des uns et des autres y sont étudiés au niveau collectif mais en les éclairant de très nombreux cas individuels.

Chateaubriand écrit dans la préface d’Atala  La France possédait autrefois, dans l’Amérique septentrionale, un vaste empire qui s’étendait depuis le Labrador jusqu’aux Florides, et depuis les rivages de l’Atlantique jusqu’aux lacs les plus reculés du haut Canada. Les relations entre la France et les États-Unis débutent avant même la création des États-Unis. Les Français sont parmi les premiers à explorer les côtes nord-américaines, à y installer des colons et à en explorer l’intérieur des terres. Article détaillé : France dans l’indépendance des États-Unis. La France a soutenu le combat des indépendantistes américains. L’envoi de troupes et d’armes contre la Grande-Bretagne est conditionné par la volonté française de prendre une revanche sur l’humiliation de 1763.

L’appui des insurgents américains répond aussi au désir des milieux éclairés d’établir une république sur le continent américain. L’amiral Charles Henri d’Estaing arriva à la tête d’une flotte et combattit aux côtés du général John Sullivan. D’Estaing perd le siège de Savannah. Pendant le traité de Paris, les négociations de paix se font sous la houlette de Benjamin Franklin, John Adams et John Jay.