Les perturbations par trouées dans la pessière à mousses du Québec PDF

Vue intérieure les perturbations par trouées dans la pessière à mousses du Québec PDF’une forêt tempérée mixte en France. Un boisement de faible étendue est dit bois, boqueteau ou bosquet selon son importance. Elle abrite une grande richesse écologique.


La dynamique de trouées est aujourd’hui reconnue pour les vieux peuplements dans de nombreux écosystèmes, mais encore très peu étudiées en forêt boréale. L’objectif de notre étude est de caractériser ces dernières, à une échelle régionale, dans des peuplements d’épinettes noires matures et âgés de la pessière à mousses en forêt boréale au Québec. Le principe de travail est basé sur la comparaison de l’évolution des trouées en superficie sur trente ans, d’ouest en est et sur différents dépôts. Les trouées de superficie supérieure à 500 m2 sont les plus nombreuses et occupent les plus grandes superficies en trouées. Un rapport entre le taux d’ouverture et le taux de fermeture de 0.86 à l’ouest et de 0.41 à l’est, montrent que les peuplements de l’ouest se renouvellent plus rapidement qu’à l’est. Les caractéristiques des trouées observées sont des données à prendre en compte par les études qui suggèrent une fermeture de la forêt boréale au Québec. Aussi, pourrait-on mieux les intégrer dans les pratiques sylvicoles destinées à préserver la diversité biologique des forêts anciennes, en appliquant un taux de CPRS en fonction de l’estimation de la quantité de tiges de plus de 90 ans.

L’action de l’Homme dans plusieurs régions du monde conduit à une destruction ou une surexploitation des forêts. En boisements plus ouverts, la strate herbacée, plus éclairée, s’exprime plus densément. Forêt tropicale sur l’île de Bali. L’origine du mot forêt est complexe. Le mécanisme de cette substitution semble passer par les rois mérovingiens puis carolingiens, sous lesquels le terme de bas latin foresta désignait un territoire à part, dont la jouissance était réservée au roi. Forêt  :  Nos premiers rois avaient des domaines particuliers, appelés villa regia, ou foreste dominicum, qu’ils faisaient administrer par des officiers désignés sous le nom de juges, auxquels ils recommandaient particulièrement la conservation de leurs forestae, mot générique qui comprenait alors les étangs royaux pour le poisson, en même temps que le bois pour le pâturage.

On pouvait par exemple parler, sous Charles-le-Chauve, de la foresta des pêches de la Seine. L’origine de foresta est plus controversée. Bien que favorisée par les ouvrages étymologiques français, aucune forme intermédiaire permettant d’appuyer cette hypothèse n’est cependant donnée. Ce mot figure souvent dans les chartes capétiennes pour désigner des petites zones boisées. Salluste utilisait le terme saltuosus pour désigner un espace boisé. Il peut désigner le bois, la forêt ou le bocage. Le terme bois apparaît sous la forme latinisée boscus en latin médiéval en 704 et en français vers 1100 sous sa forme actuelle.

Contrairement au mot forêt, il est sans connotation juridique. Les formes modernes bosc, trouvées dans l’onomastique essentiellement sont d’origine normande et occitane. La définition du terme de forêt est complexe et sujette à controverses. Les chiffres de surface forestière varient donc selon les sources. Du point de vue botanique, une forêt est une formation végétale, caractérisée par l’importance de la strate arborée, mais qui comporte aussi des arbustes, des plantes basses, des grimpantes et des épiphytes.

Du point de vue de l’écologie, la forêt est un écosystème complexe et riche, offrant de nombreux habitats à de nombreuses espèces et populations animales, végétales, fongiques et microbiennes entretenant entre elles, pour la plupart, des relations d’interdépendance. Figée par une inondation, cette forêt est mise à jour en 1870 dans l’État de New-York. Son arbre le plus ancien, du genre Archaeopteris, date de 370 millions d’années. L’histoire des forêts au Quaternaire est encore mal connue en raison des avancées et reculs des populations, imposées par les trois dernières glaciations. Classement des dix plus grands pays par superficie forestière en 2005. Mais la forêt est mieux préservée sur la ceinture tropicale humide et au nord de la zone tempérée dans l’hémisphère nord.