Les plus grands joueurs de Football PDF

Membre de la CONCACAF mais non-affiliée à la FIFA, la sélection de la Martinique dépend du bon les plus grands joueurs de Football PDF des clubs qui décident de libérer ou non les joueurs convoqués en sélection. Un joueur qui accepte une sélection en équipe de Martinique ne renonce pas à jouer en équipe de France. Charles-Edouard Coridon a également joué avec la sélection de Martinique avant d’être sélectionné en équipe de France espoirs de football. Financièrement, pour emmener 35 personnes à Miami, nous avons du mal à boucler la boucle, malgré l’aide de la région et du préfet, poursuit Alain Rapon.


Le football, l’un des sports les plus pratiqués, exerce une incroyable fascination qui se vérifie dans le monde entier. Les dernières Coupes du Monde ont mobilisé, devant le petit écran, près de 30 milliards de téléspectateurs dans plus de 200 pays. Comment expliquer cet engouement ? Des équipes et des clubs légendaires mais aussi et surtout des joueurs, devenus de véritables stars, ont fait vivre aux amateurs comme aux supporters des instants inoubliables. Il semblait donc tout naturel de réaliser ce livre exceptionnel qui rassemblerait les plus beaux souvenirs et plus de 1 000 joueurs de toutes les nationalités et de toutes les époques. «Ne pas prendre au sérieux le plaisir que procure le football, c’est ne pas comprendre le pouvoir de ce sport».

La CONCACAF prend seulement en charge 25 personnes, alors nous partons un peu dans l’inconnu. Nous ne sommes pas l’équipe de France. En devenant membre de plein droit, la sélection de Martinique bénéficie des mêmes dotations que les autres nations de la confédération. Néanmoins, les clubs des autres confédération comme l’UEFA n’ont pas d’obligation de mettre à disposition leurs joueurs. L’affaire ne sembla pas embarrasser le président Rapon, qui se dégagea de toute responsabilité, s’appuyant sur le fait que sa Ligue ne recevait rien de la FFF pour l’organisation de ce tournoi et ne faisait rien pour que l’équipe de Martinique ne dispose des joueurs martiniquais évoluant chez les pros. En janvier 1971, le Santos FC et Pelé sont à Fort-de-France pour un match amical contre la sélection de la Martinique.

Les Matinino remportent leur troisième Coupe caribéenne en 1993 en Jamaïque. Cette victoire leur ouvre la porte de la Gold Cup 1993, organisée conjointement par les États-Unis et le Mexique. L’année suivante, la Martinique atteint la finale de la Coupe caribéenne des nations 1994 mais encaisse une lourde défaite 7-2 face à Trinidad-et-Tobago, hôte de la compétition. En 1996 elle est éliminée en demi-finales. Conséquence de la 3e place obtenue lors de la Coupe caribéenne des nations 2001, la Martinique valide son billet pour la Gold Cup 2002 aux États-Unis. Après un parcours du combattant qui l’a vu enchaîner trois tours préliminaires, puis une dernière poule de barrage qu’elle accueille chez elle, la Martinique finit par se qualifier à la Gold Cup 2003. Dix ans après leur dernier tournoi continental, les Matinino se qualifient pour leur quatrième Gold Cup à la faveur d’une 4e place obtenue durant la Coupe caribéenne des nations 2012.

Quelques jours avant le début de la compétition, les dates de la phase finale sont décalées d’un jour ce qui aura pour conséquence de priver la sélection de six de ses joueurs pros pour le dernier match de groupe, conformément aux accords passés avec leurs clubs. Le premier match constitue une belle performance en faisant match nul 1-1 face aux favoris et hôtes jamaïcains sur leur terrain. Les Matinino font oublier leur échec lors de la Coupe caribéenne des nations 2014 en se qualifiant brillamment à la Gold Cup 2017. La Gold Cup 2017 débute malgré tout sous de bons auspices car les Matinino s’imposent 2-0 sur le Nicaragua, petit poucet du groupe B.

Lors du troisième match de poule, la Martinique craque 3-0 devant le Panama. Vainqueur en 1983, 1985 et 1993. Sélections et buts mis à jour le 2 novembre 2018. Les joueurs suivants ont aussi été appelés en équipe par le sélectionneur pendant les 12 derniers mois et restent toujours sélectionnables. Labridy, Christian Dessous, Victor Dessous, Louis-Joseph Vestris, René Domergé, Max de Chavigny, Jean Mardayé, Claude Élisé, Laurent Eugénie, Alex Polygone, Claude Janvion, Henri Alonzeau, Marcel Cassildé, Jocelyn Modestin, Marc Lagier, Didier Eugénie, David Francillette, Francis Privat, Jean-François Go, Eddy Heurlié.

Milieux défensifs : Denis Lange, Daniel Lubin, José Toris, Dany Attély, Muriel Valide, Patrick Cadol, Patrick Borry, Patrick Ferrand, Daniel Borval, Pascal Lina, Karim Courrent, Jean-Victor Lavril, Jean-Marie Agathine, Miguel Duragrin. 40 sélections en équipe de France A entre 1975 et 1982. Champion de France en 1974, 1975, 1976 et 1981 avec l’AS St-Étienne. Vainqueur de la Coupe de France en 1974, 1975 et 1977 avec l’AS St-Étienne. Finaliste de la Coupe de France en 1981 et 1982 avec l’AS St-Étienne.

Demi-finaliste de la Coupe du monde en 1982. Les entraîneurs de l’époque étaient Louis Marianne, Marcel Pujar et Denis Bellerose. 1985 au Paris Saint-Germain, puis il évolua au Stade lavallois et au Red Star. Les entraîneurs de l’époque étaient Raymond Destin et Daniel Saïthsootane. Il y avait dans cette sélection un certain Charles-Edouard Coridon qui quelques années plus tard embrassait une carrière professionnelle au RC Lens et au Paris Saint-Germain. Les entraîneurs de l’époque étaient Théodore Antonin et Gérard Janvion. La Martinique était la seule équipe amateur du tournoi, il n’y avait que deux professionnels dans cette sélection, Eddy Heurlié de l’ES Troyes AC et Fabrice Reuperné du SO Romorantin, ce qui donne plus de poids à cette performance.