Les Quatre fêtes d’ouverture de saison de l’Irlande ancienne PDF

Please forward this error screen to hamster. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les Quatre fêtes d’ouverture de saison de l’Irlande ancienne PDF dit de Coligny présentant une inscription du mois gaulois SAMON .


Ce livre a le mérite insigne de présenter pour la première fois au public de langue française une description exhaustive du folklore irlandais, en particulier celui des principales fêtes saisonnières : Imbolc au premier février, Beltene au premier mai,
Lugnasad au premier août et, surtout, Samain au premier novembre, cette dernière que nous connaissons seulement, depuis que les Celtes sont à la mode, par le prisme déformant d’Hallowe’en, dans sa version anglo-saxonne et mercantile. À travers le désordre apparent et la luxuriance des faits, Véronique Guibert a su retrouver et classer, avec une remarquable cohérence, les quatre grands axes des fêtes celtiques primitives, celles-là mêmes qui, depuis la plus haute antiquité, rythment le cours du temps. Le christianisme a donné à ces fêtes des aspects multiples qui changent d’un endroit à l’autre. Elles sont presque toujours devenues des fêtes agraires et prétexte à des réjouissances populaires dans lesquelles les fondateurs de l’Irlande chrétienne, saint Patrick et sainte Brigite, ont une part prépondérante. C’est un folklore authentique et encore vivant – ce qui, pour notre époque, tient du miracle -, que le lecteur va découvrir.

Carte de la colline de Tara, en Irlande, un site préhistorique vieux de plusieurs milliers d’années qui fut réutilisé comme lieu d’assemblée par les Gaels lors de Samain et d’autres fêtes religieuses. En effet, bien que la mythologie gaelle soit issue de la tradition orale, elle a été consignée par les moines irlandais du Moyen Âge, qui en ont profité pour la christianiser. Leurs écrits peuvent néanmoins nous donner quelques indices sur la nature de la fête de Samhain et sur la manière dont elle était célébrée chez les Celtes d’Irlande. La mythologie irlandaise nous apprend que Samhain est l’une des quatre fêtes de l’année.

Chez les Gaels, Samain était associé à l’assemblée de Tara, qui se tenait pendant une semaine aux alentours du 1er novembre actuel. Toutefois, les motifs de Samain, comme ceux de l’assemblée de Tara, restent difficiles à évaluer. C’est le passage de la saison claire à la saison sombre, qui marque une rupture dans la vie quotidienne : la fin des combats pour les guerriers et la fin des travaux agraires pour les agriculteurs-éleveurs, par exemple. Bien que séduisante, plusieurs raisons font que cette étymologie reste controversée. D’abord, le génitif des langues gaéliques fonctionne plus ou moins comme celui des langues latines : le complément du nom se place après le nom.