Les Rose-Croix PDF

Une réorganisation et les Rose-Croix PDF clarification du contenu paraissent nécessaires. Il serait né en 1378 et mort en 1484.


Pourquoi ce nom de Rose-Croix ? Comment associer un instrument de supplice qui résume tout le drame de la passion du Christ à la grâce et à la fraîcheur de la rose ? Le creuset de la beauté éphémère peut-il s’imposer à la lourdeur de la croix éternelle ? D’après Gustave Naudé, la mission des Rose-Croix consiste à « accomplir le rétablissement de toute chose en un état meilleur, avant que la fin du monde arrive ». Ces mystérieux maîtres spirituels « ont au suprême degré la piété et de la sagesse, connaissent mieux les choses qui se passent dans le reste du monde que si elles leurs étaient présentes ». Il reste à révéler le sens secret de ce discours. Livre en gros caractères (corps 16).

Différentes hypothèses, narrations ou récits tournent autour de cette figure énigmatique qui a fait couler beaucoup d’encre, principalement chez ceux qui s’estiment, à un titre ou un autre, les propagateurs de l’enseignement de Rose-Croix. Selon certaines études universitaires, Rosenkreutz aurait été inventé par Johann Valentin Andreæ, l’un des auteurs probables des manifestes rosicruciens. Selon Harvey Spencer Lewis, et l’AMORC, Christian Rose-Croix serait un personnage mythique. Pour l’AMORC, le personnage de Christian Rose-Croix, ou Christian Rosenkreutz, est une allégorie. En effet, l’ordre aurait été créé, non par un initié portant ce nom symbolique, mais par une société initiatique de Mystères organisée par le pharaon Thoutmôsis III. Ce pharaon aurait regroupé les écoles de mystères existantes au sein d’une même entité, il y a 3 500 ans. Ces douze frères, conscients de la grandeur du christianisme, initièrent Rosenkreutz qui ainsi réunit en lui les douze courants de sagesse dont ils étaient les porteurs.

En elle vivait comme une renaissance de ces douze sagesses revivifiées par le Christ. Ce fut une expérience illuminatrice analogue à celle de Paul de Tarse. Rosenkreuz mourut peu de temps après. Du point de vue occulte, dit Steiner, le fruit de l’initiation du treizième fut conservé dans l’atmosphère spirituelle de la Terre, comme élément subsistant du corps éthérique. Cette aura éthérique adombra et inspira les douze, ainsi que leurs disciples, qui donnèrent alors naissance au courant occulte de la Rose-Croix. Christian Rose-Croix vécut alors plus de cent ans. Il était de nationalité allemande d’où son nom allemand  Rosenkreutz .

Il fut élevé dans le cercle des disciples et des successeurs des douze. C’est seulement à partir de cette incarnation qu’il fut nommé Christian Rose-Croix. Christian Rose-Croix parcourut alors tout le monde connu. Après avoir reçu la sagesse des douze fécondée par l’être du Christ, il lui fut aisé d’assimiler en l’espace de sept ans toute la science de son époque. Après sept ans, il rentra en Europe et prit pour élèves les plus avancés des disciples et successeurs des douze et il inaugura alors le véritable travail des Rose-Croix. En 1785, les révélations des Rose-Croix furent publiés dans Les Figures secrètes des Rose-Croix.

Ce document fournit quelques indications succinctes sur l’activité des Rose-Croix pendant les cent années précédentes. L’influence spirituelle de Christian Rose-Croix s’étend donc à travers les siècles à partir de son corps éthérique, qu’il soit incarné ou non. Il aurait fondé l’ordre mystérieux des Rose-Croix, présenté comme une  École des Mystères , afin d’unir dans un système cohérent la beauté vivante du spirituel et de l’art à la force progressivement dominante des disciplines exactes. Jan van Rijckenborgh, reprend presque entièrement à son compte les textes de Steiner et l’avis de Max Heindel sur le fondateur des  Rose-Croix . Le rôle des rosicruciens consisterait à dynamiser les forces du corps éthérique de Christian Rose-Croix et à les transmuter en un corps d’initiation accessible à tous. Par la suite, une certaine influence aurait perduré par les templiers et plus spécialement tout ce qui a été à l’origine de la quête du Saint Graal ainsi que des textes y faisant référence. Bernard Gorceix, La Bible des Rose-Croix, Presses Universitaires de France, Paris 1970, Introduction XL.