Les traditions mégalithiques de la Sénégambie PDF

Au sens strict et archéologique du terme, un mégalithe est un monument lié au mégalithisme, constitué d’une ou plusieurs pierres de grandes dimensions, érigées sans l’aide de mortier ou de ciment pour fixer la structure. Ces constructions créent ou maintiennent la cohésion les traditions mégalithiques de la Sénégambie PDF groupe, en indiquant aux nouveaux arrivés et aux gens de passage une capacité technique et humaine importante.


Les monuments mégalithiques de la Sénégambie répartis entre le Sénégal et la Gambie se retrouvent dans l’extrémité occidentale de l’Afrique de l’Ouest. Les fleuves Gambie et Saloum marquent les limites méridionale et septentrionale de cette aire mégalithique qui s’étend sur 120-150 km nord-sud et 250 km est-ouest, de Tambacounda à Kaolack. Les sites mégalithiques s’étalent sur environ 33 000 kilomètres carrés, répartis en grappes le long des cours d’eau. Les traditions mégalithiques de Sénégambie apparaissent comme suspendues dans un espace socioculturel mystérieux. Aucune des communautés actuelles – Manding, Diola, Wolof, Sérèr, etc – réparties sur l’ensemble de l’aire mégalithique ne revendique l’héritage culturel représenté par ces monuments. C’est comme si les collectivités des bâtisseurs de mégalithes s’étaient éclipsées de l’histoire sans descendance. Les similitudes morpho-métriques entre un petit échantillon de squelettes extraits des fouilles de Tiékène-Boussoura, Sine Ngayène, Saré Diouldé, Kodiam, Mbolop Tobé et les populations wolof et sérèr suggèrent néanmoins une certaine continuité génétique. Quelles sont les raisons de cette coupure historique radicale ? Ces monuments ont surpris puis fasciné des générations d’archéologues et de chercheurs amateurs pendant la période coloniale. Le capitaine Duchemin et le docteur Jouenne ont été de ces pionniers sur les traces des bâtisseurs de mégalithes. Cet ouvrage propose une excursion à travers l’oeuvre multiforme de tous ceux qui ont contribué à la réappropriation de cette merveilleuse culture qui, pour ne nous avoir pas dit ce qu’elle était devenue, nous invite encore et toujours au rêve, à l’exégèse et à la créativité.

A l’époque moderne, on assiste à un renouveau inattendu du mégalithisme dans les pays développés consistant à dresser un nombre considérable de grosses pierres dans les ronds-points, dans les parcs, et dans les jardins. Il n’y a là aucune volonté explicitement religieuse. Il s’agit de poser des signes forts dans l’espace public ou dans l’espace privé. En Europe de l’Ouest, la néolithisation des régions côtières atlantiques coïncide avec les premières constructions de la côte de l’Atlantique et le début du mouvement mégalithique.