Locomotives (1904-1930) I – les Photographies Fleury PDF

Locomotives (1904-1930) I – les Photographies Fleury PDF gare de Paris-Montparnasse, dite aussi gare Montparnasse, est l’une des six grandes gares ferroviaires terminus parisiennes. Le premier  débarcadère  est mis en service en 1840, et le premier bâtiment important est ouvert en 1859. 63 mètres d’altitude, la gare de Paris-Montparnasse est l’origine de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest mais son kilomètre zéro est fixé à l’emplacement de l’ancienne gare Montparnasse.


Elle est également tête de ligne de la LGV Atlantique. 10 septembre 1840 par la compagnie. Article connexe : Accident ferroviaire de la gare Montparnasse. Gare Montparnasse vers 1871 – Cliché de Charles Marville.

Paris à Chartres et Rennes, encourage une fusion des deux compagnies dès 1845. La révolution de 1848 change le cours des choses. C’est dans ces circonstances que des financiers britanniques, représentés par M. Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, laquelle convient de poursuivre les travaux sur la nouvelle gare. Spectaculaire vue prise après l’accident de la locomotive qui a défoncé la façade de la gare avant de tomber sur la place de Rennes. Elle est presque à la verticale.

Bretons arrivant par la ligne de la Compagnie de l’Ouest, pour trouver du travail. Choltitz, gouverneur militaire de la garnison allemande de la capitale, le 84e corps d’armée. La deuxième gare Montparnasse et l’ancienne gare du Maine au fil du temps. Devant celle-ci, sur la place De Rennes, plusieurs tramways. La gare dans les années 1920 est un important terminus des tramways de la STCRP. Au premier plan, un  92  pour la place Pereire.

Des militaires gradés en uniforme français sont debout, autour de deux tables accolées, à l’intérieur d’un hall de la gare. En arrière plan, un tableau d’affichage des trains en partance. Plaque rendant hommage à la Libération de Paris, à l’emplacement de la façade de l’ancienne gare. Plaque en mémoire de la Libération de Paris et des agents SNCF de la gare, morts pendant le conflit. Vue extérieure de la gare du Maine.

La gare du Maine, peu après son inauguration en 1929. 1878, l’État s’est trouvé à la tête d’un réseau décousu sans tête de ligne à Paris. La Première Guerre mondiale contrariera ces projets. Par ailleurs, les années 1920 voient l’explosion du trafic, notamment de banlieue, depuis Saint-Lazare. L’ancienne gare est dès lors prévue pour être démolie et remplacée par un square avec un quadruplement des voies entre Mantes et Clamart, via la ligne de Plaisir – Grignon à Épône – Mézières, afin de rediriger le trafic grandes lignes de Normandie vers Montparnasse.

Le plan initié par Dautry est considéré comme  ajourné  en 1941 et un nouveau projet prévoit alors quatre voies à quai dans la gare historique pour la banlieue et la démolition des voies et rampes ajoutée lors des travaux de 1898, ce afin de dégager les accès à cette gare. La gare, le jardin Atlantique et les voies vers la banlieue, vus depuis le sommet de la tour Montparnasse. La gare, le jardin Atlantique et les voies vers la banlieue, vus depuis le haut de la tour Montparnasse. Cette situation l’éloigne des stations des lignes 4 et 12 du métro.