MAISONS SUR L EAU PDF

Avec ses stores MAISONS SUR L EAU PDF rayures au-dessus de hautes fenêtres et ses briques locales, la construction est typique du pays. Modeste maison mauritanienne dans le Trarza.


En 1885, Jules Verne écrivait dans L’île à hélice : « Qui sait si la Terre ne sera pas trop petite un jour pour ses habitants dont le nombre doit atteindre six milliards en 2072. […] Et ne faudra-t-il pas bâtir sur la mer, alors que les continents seront encombrés ? » L’architecture de demain sera-t-elle aquatique ? Maisons sur pilotis ? Extensions gagnées sur la mer ? Îles artificielles ? Maisons et villes flottantes ?… Certains territoires comme Singapour, Hong Kong, Macao, Monaco, Dubaï, Abu Dhabi, Koweit sont confrontés à la double pression de la démographie et du développement économique. Le manque d’espace les pousse à s’emparer de milliers d’hectares sur la mer. En parallèle, sous l’effet du réchauffement climatique, la montée des océans menace des terres émergées comme aux Pays Bas où la tendance est de rendre de l’espace à la mer… Les premières maisons flottantes invitent les Néerlandais à vivre sur l’eau, avec l’eau, au lieu de chercher à repousser constamment les flots. Terres émergées/Terres immergées… Espaces rendus à la mer/Espaces bâtis sur les eaux… Notre avenir est intimement Lié à l’eau : notre source de vie, de rêve, de liberté.

Une maison est un bâtiment d’habitation, souvent de taille moyenne destiné au logement d’une famille, ou encore plus imposante divisée en plusieurs résidences ou appartements. La maison représente aussi l’ensemble des lieux de vie ou des espaces habités, ainsi que ses occupants ou résidents familiers. Elle est souvent considérée en  maisonnée  ou en symbole de la famille qui l’occupe. Le diminutif maisonnette est attesté en 1160.

Le mot latin est construit sur le participe passé du verbe manere, mansus. 1801, une maison qui est agréable et confortable, agrémentée notamment d’un jardin, est souvent appelée du nom des anciennes maisons de campagne romaine : villa, en particulier lorsqu’elle est située dans un lieu de villégiature. Le terme d’architecture  pavillon  était traditionnellement utilisé pour désigner les maisons d’habitation isolées à un seul corps de bâtiment, avant l’apparition de la locution  maison individuelle  qu’on oppose à  immeuble collectif . Une maison au 57, rue The Close, Salisbury, Angleterre.

Cette maison est typique du style georgien, mais les lucarnes ont probablement été ajoutées après sa construction. Aux regards de l’administration fiscale française, un logement peut être dit résidence principale, si les occupants y résident plus de 183 jours par an, et résidence secondaire si elle est destinée aux périodes de repos. En France, de 1798 à 1926, l’imposition foncière se faisait sur les portes et fenêtres. Les maisons paysannes du haut-Moyen Âge sont souvent des maisons élémentaires à une ou deux pièces, construites avec une logique économique locale.

Le foyer est présent au centre de la pièce à vivre, laissant s’échapper la fumée vers le plafond en partie troué. Quelles que soient leurs tailles et caractéristiques, elles sont parfois conçues pour être mobiles, démontables et transportables sur chariots ou traîneaux. Les éleveurs possèdent des maisons étables dépassant souvent une vingtaine de mètres de long. 15 à 20 mètres de long, instaurant une séparation des hommes et des animaux domestiques.

L’installation généralisée et véritablement commune du bâti en dur, immobile, pérenne, en dehors des îlots de pouvoir ou de richesse de l’Occident médiéval, remonte aux années 1570 et 1640. Dans les contrées d’élevage, des familles migrantes installent encore leur petite demeure en une nuit sur des terroirs libres et autorisées à l’usage commun. Le midi de la France, soit une grande partie de l’Occitanie, connaît déjà la maison bloc à étage, avec une prédilection pour la pierre ou le moellon assemblé au mortier de chaux par l’art du maçon. Reconstitution d’une hutte à Terra Amata. Reconstitution d’une tente paléolithique à Pincevent.

Reconstitution d’une cabane dans la grotte du Lazaret. Il faut sortir de l’image d’Épinal de l’homme des cavernes vivant dans des grottes et abris sous roche, protections naturelles contre l’extérieur. Au paléolithique, l’homme est un chasseur-cueilleur nomade qui s’installe dans des lieux proches de l’eau sous abri ou dans des campements en plein air. Il y monte des tentes et des huttes, abris temporaires en branchages ou ossements. Reconstitution d’une maison en adobe à Çatal Höyük.

Reconstitution d’une maison néolithique en Europe. Le début de la sédentarisation au néolithique est attesté dans le village de Mallaha, situé en milieu semi-aride, caractérisé par des constructions circulaires et semi-circulaires à demi-enterrées, qui font partie des plus anciens bâtiments permanents connus. Des habitations en briques crues enduites de plâtre commencent à apparaître durant le néolithique du Proche-Orient. Adossées les unes contre les autres, elles sont couvertes de toits en terrasse et communiquent entre elles par des cours intérieures. En Europe tempérée, de grandes maisons à toit de chaume, allongées de 10 à 50 mètres de longueur, parfois alignées côte à côte selon la direction des vents dominants, réalisées en bois, clayonnage et torchis, abritent des  familles élargies . Article détaillé : Habitation de la Rome antique. En ville, les milieux dominants possèdent de belles propriétés, les domus, plus ou moins grandes et luxueuses en fonction de leur fortune, qui doivent refléter le statut social et la dignitas de leur propriétaire.

Les nombreuses familles plus modestes logent dans des insulae. Certaines ont un porche ouvert surmonté d’un pignon à faible pente ou d’un fronton. Au Moyen Âge, dans un même quartier, une même rue, se côtoient des taudis bas, des logis d’artisan ou de boutiquier à un étage sous grenier, des immeubles à encorbellement de notables, des palais et hôtels particuliers de princes. Maison traditionnelle à Sansais dans le Marais poitevin, France. Il faut distinguer maison des champs et maison de campagne.