MANUEL DE MATELOTAGE ET DE VOILERIE. A l’usage des marins professionnels et des plaisanciers PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. MANUEL DE MATELOTAGE ET DE VOILERIE. A l’usage des marins professionnels et des plaisanciers PDF un amas solide, ou décoratif.


L’art des nœuds étant un élément essentiel du matelotage, ils ont principalement trouvé leur essor dans la marine à la voile. Même si leur utilisation spécifique tend parfois à disparaître au profit d’équipements spécialisés, leur connaissance reste souvent importante pour certaines activités, et primordiale dans certaines situations inhabituelles ou d’urgence. La probabilité de produire par erreur un nœud dangereux. Le courant est l’extrémité d’un bout qui sert à tisser le nœud. Cette extrémité est à opposer au dormant qui, lui, est fixe et généralement lié à une pièce du gréement. Le dormant est l’extrémité d’un bout qui est supposée fixe.

Elle peut être liée à une pièce du gréement. Cette extrémité est à opposer au courant qui sert réellement à tisser le nœud. On réalise un tour mort généralement pour répartir le frottement sur une plus grande longueur de corde. Un nœud est dit gansé lorsque l’on fait revenir l’une des deux extrémités d’un nœud sur elle-même au travers du nœud sans la croiser avec une autre extrémité ou boucle. Lorsque l’on tire sur l’extrémité gansée, le nœud peut être défait car la boucle est coulante. Le nœud ainsi formé peut avoir pour utilité, lorsque l’on tire sur l’extrémité coulante, d’être rapidement défait si la boucle est libre d’entrave, ou au contraire de former un lien solide si la boucle est entravée. Ce qui est notamment le cas dans le nœud de pendu, qui peut être facilement défait si la boucle est libre, mais qui se resserre autour de l’entrave sous le poids du pendu.