Migrants d’Afrique de l’Ouest au Maroc PDF

L’Italie est aujourd’hui l’une des principales  portes d’entrée  de l’Europe pour les immigrants venus notamment du continent africain. Non préparée à ce retournement de situation, l’Italie a du mal à trouver sa propre politique d’immigration. Migrants d’Afrique de l’Ouest au Maroc PDF modèle d’intégration italienne connaît ses premières limites dès la fin des années 1980 ayant du mal à faire coexister les populations d’origine et ces nouvelles populations, indispensables pour des secteurs clés des économies locales du pays. Les arrivées plus massives d’immigrés sur le sol italien sont un phénomène récent, amorcé dans les années 1970, à partir du moment où l’Italie connaît une forte période de croissance économique.


La présence actuelle des populations subsahariennes au Maroc, en provenance notamment du Sénégal, est d une actualité brûlante tant il est vrai que le Royaume chérifien a cessé d être un pays de transit pour devenir une destination d établissement de ces populations. L ouvrage cherche à clarifier la pensée de l Etat en mettant au clair les représentations des populations locales et en identifiant les conditions de vie des Subsahariens au coeur des quartiers populaires.

Avec la crise économique, survenue au lendemain des Trente Glorieuses, à partir du milieu des années 1970, les principaux pays d’immigrations d’Europe du Nord vont tenter de  fermer  progressivement leurs frontières. Ces flux augmentent sans que ni les forces politiques, ni l’opinion publique italienne ne s’en émeuvent particulièrement. Aucune mesure spéciale ne sera prise par rapport à ce phénomène récent avant 1986. Jusque-là les mesures concernant l’entrée et le séjour d’étrangers sur le territoire italien restent fondées sur des textes de 1931. En 1986 les premières mesures prises visent à régulariser les étrangers déjà présents en Italie et à programmer les flux à venir. Pour reprendre les mots de Clara Gallini, dans son article sur le racisme en Italie :  l’Italie est confrontée à l’arrivée massive d’une main-d’œuvre bon marché, qui s’est dispersée en diverses régions pour y occuper de multiples fonctions. 1980, on assiste à une intensification des arrivées en provenance de la rive sud de la Méditerranée.

Les années 1980 ouvrent aussi le front de l’immigration provenant de l’Afrique subsaharienne, jusqu’alors ponctuelle. Cependant la décennie 1990 se caractérise non seulement par la consolidation des flux migratoires existants, mais aussi par l’apparition soudaine de nouveaux dans tous les pays de l’Europe occidentale, liés à la chute du Rideau de fer et à la disparition du régime soviétique. Après la dernière régularisation, le classement des nationalités change de façon importante. En 2005, on comptait en Italie près de 2,8 millions d’étrangers, mais ce chiffre ne se réfère qu’aux présences officielles et ne prennent pas en compte la dimension clandestine estimée entre 300 000 et 400 000 personnes. Les travailleurs étrangers sont devenus une force incontournable de la démographie et de l’économie italiennes. Au début des années 1980, on n’en comptait que 20 000 dans tout le pays.