Mondialisation : changeons de posture PDF

Avec le développement d’Internet et du WEB 2. 0, les usages des TIC se sont développés et la grande majorité des citoyens des pays industrialisés les utilise mondialisation : changeons de posture PDF accéder à l’information. La filière nécessitent de plus en plus de compétences en communication, marketing et vente, la technique n’étant qu’un support de la communication et d’organisation.


Comment permettre à la France de mieux tirer bénéfice d’une mondialisation qui soit durable et qui profite à tous, et aux Français de mieux se l’approprier ?
Telles sont les questions que Christine Lagarde, ministre du Commerce extérieur, a posées à quatorze experts indépendants français et étrangers, et qui exigent des réponses concrètes et innovantes. Ce rapport est le fruit de leurs réflexions et de quatre mois de travail, sous la présidence de Pascal Morand, directeur général de l’ESCP-EAP.
Leur analyse s’appuie sur le double constat d’une France qui bénéficie d’atouts économiques, culturels et surtout humains exceptionnels, mais dont l’état d’esprit, marqué par la crainte de la mondialisation, la limite dans ses performances, et lui impose d’en subir les effets négatifs. L’avenir de la France dépend des décisions qui seront prises maintenant : un pays qui s’appauvrit rapidement en se coupant du monde, un pays qui stagne dans un réflexe protectionniste, un pays en perte de vitesse dans une Europe plus riche ou un pays ouvert et prospère dont la richesse repose sur l’intelligence.
Les conclusions du groupe de travail sont claires et s’articulent autour de la nécessité de changer de posture pour peser sur la mondialisation en retrouvant un consensus social sur la place de la France dans le monde, en pratiquant une politique d’ouverture et en se donnant les moyens d’anticiper et d’accompagner les changements que la mondialisation implique.
Ce changement de cap est en effet la seule voie pour une France prospère qui garde son rang. Pour réussir, la France devra compter sur un Etat qui joue de nouveau son rôle de stratège et qui soit également artisan du consensus, ainsi que sur la mise en œuvre aux niveaux régional, national et européen d’un plan d’action clair et établi sur la base des nombreuses recommandations concrètes présentées dans ce rapport.

Les usages des TIC s’étendent, surtout dans les pays développés, au risque d’accentuer localement la fracture numérique et sociale ainsi que le fossé entre les générations. L’expression  technologies de l’information et de la communication  transcrit une locution anglaise utilisée dans diverses instances internationales qui correspond à peu près au domaine de la télématique. Les technologies de l’information et de la communication sont des outils de support au traitement de l’information et à la communication, le traitement de l’information et la communication de l’information restant l’objectif, et la technologie, le moyen. Mais cette définition se limite à la convergence de l’informatique et des télécommunications en vue de communiquer et ne tient pas compte de l’impact de la convergence numérique dans les multimédias et l’audiovisuel. Ensemble des technologies issues de la convergence de l’informatique et des techniques évoluées du multimédia et des télécommunications, qui ont permis l’émergence de moyens de communication plus efficaces, en améliorant le traitement, la mise en mémoire, la diffusion et l’échange de l’information . La diffusion rapide des accès à l’Internet à haut débit a permis une explosion des usages des services audiovisuels qui prennent une importance accrue dans le concept des TIC, non seulement au niveau de la communication, mais aussi au niveau de la gestion des informations et des connaissances et au niveau de leur diffusion.

Cette extension du concept des TIC est à l’origine de nombreux débats en raison de l’importance de son impact sur la société. 1990 et au début des années 2000 pour caractériser certaines technologies dites  nouvelles . La qualification de  nouvelles  est ambigüe, car le périmètre des technologies dites nouvelles n’est pas précisé et varie d’une source à l’autre. En raison de l’évolution rapide des technologies et du marché, des innovations déclarées  nouvelles  se retrouvent obsolètes une décennie plus tard. Parfois il s’agit de distinguer les technologies basées sur l’Internet par opposition aux télécommunications traditionnelles. Parfois, les NTIC incluent aussi la téléphonie mobile, mais les premières technologies mobiles qui ont plus de trois décennies peuvent-elles être qualifiées de  nouvelles  ? Cela montre qu’il n’est pas utile d’établir des catégories rigides pour distinguer ce qui est nouveau de ce qui ne l’est pas.