Oser être soi-même: Les nouveaux moyens d’affirmation de soi PDF

Earth Hour : faut-il éteindre les lumières pour oser être soi-même: Les nouveaux moyens d’affirmation de soi PDF planète ? Ménages français : qui sont les plus gros pollueurs ?


Peu de gens sont « bien dans leur peau », mais ils essaient de ressembler aux modèles que propose la grande «machine» supra-éducative (écoles, aînés, médias)…

Ces tentatives, épuisantes, sont la conséquence du décalage qui existe entre ce que nous sommes vraiment et ce que «les autres» exigent que nous soyons.

Parce qu’on n’apprend pas à être vraiment soi-même
Parce qu’on ne nous a pas appris à nous affirmer
Parce qu’on ne nous a pas appris à faire face aux autres autrement que par la manipulation, l’agression ou la soumission…

Ce livre, facile à lire, avec des exemples concrets, entraîne le lecteur à retrouver et à rassembler l’ensemble de ses énergies physiques, psychiques et spirituelles.

Pollue-t-on davantage lorsqu’on est célibataire ou dans une famille nombreuse, jeune ou retraité, riche ou fauché ? Pour rappel, le bilan carbone, c’est cet outil, développé par Jean-Marc Jancovici pour l’Ademe, afin de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre d’une activité, d’une entreprise, d’un territoire ou d’une personne. Afin de combattre le vilain dioxyde de carbone que nous produisons, rien de mieux que d’en connaître la teneur et l’origine. L’Observatoire du bilan carbone des ménages s’est alors concentré sur les trois postes les plus émetteurs : les transports, le logement et l’alimentation. L’objectif étant, dans un second temps, de proposer des outils plus efficaces et mieux ciblés pour réduire nos émissions. Dans le jeu des sept familles des pollueurs, je demande en premier le cadre supérieur, vivant seul, qui prend régulièrement l’avion et vit dans une ville de moins de 20 000 habitants.

Et en dernier, la famille nombreuse, qui n’utilise pas de voiture et limite sa consommation de produits laitiers. Ce n’est pas un secret : les hauts revenus polluent davantage que les foyers modestes. Un ménage dont le chef de famille est cadre supérieur présentera ainsi un bilan annuel de 8,5 tonnes de CO2, contre 6,7 pour les employés. Chez les retraités, qui émettent plus de 9 tonnes de CO2 par an, le bilan carbone moins bon que la moyenne s’explique notamment par le logement, en raison de la taille généralement réduite du foyer. Chez les 18-24 ans, qui émettent en moyenne 8,3 tonnes de CO2, l’explication est à rechercher du côté des nombreux déplacements et d’un usage plus répandu, et individuel, de la voiture. Une personne vivant seule émet 10,6 tonnes de CO2 par an, soit deux fois plus qu’un individu vivant dans un foyer de trois personnes et trois fois plus qu’un membre d’une famille de cinq personnes et plus. Le poste transport explique en grande partie ces différences.