Photographie Numerique de Nuit et en Faible Lumiere PDF

Please forward this error screen to 10. Les téléobjectifs sont généralement constitués d’un système optique convergent en amont d’un système optique divergent ce qui permet photographie Numerique de Nuit et en Faible Lumiere PDF réduire leur encombrement. Il n’y a pas de définition précise de la focale minimale à partir de laquelle on doit parler de longue focale : la focale minimale dépend de la taille de la cible et de son rapport d’image. La gamme des focales couvertes par les différentes longues focales est beaucoup plus étendue que pour les objectifs grand angle.


La photographie de nuit ou en faible lumière est un véritable défi pour le photographe. Si elle nécessite une grande exigence technique, les résultats, spectaculaires, récompensent pleinement ces efforts… Intérieurs plongés dans la pénombre, aurores, crépuscules et scènes nocturnes offrent des rendus saisissants pour qui sait les capturer ! Longtemps réservée aux spécialistes, la photographie en faible lumière est aujourd’hui devenue accessible à l’amateur grâce aux progrès de la photographie numérique.
Michael Freeman mêle ici la postproduction aux techniques de prise de vue. La photographie en lumière faible se situant aux limites d’une imagerie acceptable, une part importante du travail devra être effectuée avec des logiciels spécialisés. Il est donc essentiel de savoir, dès la prise de vue, comment déboucher les ombres ou récupérer du modelé dans la lanterne d’un réverbère…
Vous découvrirez dans cet ouvrage le matériel et les logiciels indispensables à la création d’images saisissantes. Vous bénéficierez également des conseils techniques dispensés par Michael Freeman, de l’estimation d’une sensibilité ISO correcte au recours à des éclairages d’appoint.

Des photos spectaculaires – levers et couchers de soleil, paysages urbains étincelants, clairs de lune – illustrent cet ouvrage. Vous apprendrez comment elles ont été prises afin que vous puissiez prétendre au même résultat.

Les focales de 85 mm à 105 mm, souvent utilisées pour les portraits, permettant à la fois de prendre un certain recul et d’éviter les déformations dues à une trop grande proximité du visage. Le 135 mm était certainement la longue focale la plus achetée dans les années 1970 avant le développement des zooms. Les focales de 150 mm à 300 mm permettent de  rapprocher  encore plus les objets éloignés. Avec un 300 mm, le champ couvert à 10 mètres de distance n’est plus que de 1,20 m sur le grand bord de la photo, 80 cm sur l’autre bord. Les focales de 400 mm et 500 mm constituent les focales les plus longues disponibles à un prix encore abordable pour les amateurs. 600 mm les objectifs disponibles sont, à l’exception de quelques modèles catadioptriques, lourds et coûteux et nécessitent d’utiliser souvent un pied photographique. Nikkor 1200-1700, pesant lui aussi 16 kg et mesurant presque 90 cm de long.

Mais une focale de 2 000 mm est nécessaire pour une photo de la lune couvrant presque le petit bord de la photo, et des focales encore supérieures pourraient être utiles en photo astronomique. L’avènement des appareils reflex numériques est particulièrement intéressant pour l’utilisation des longues focales. En effet, pour des raisons de coût de fabrication, les capteurs de nombreux reflex numériques sont plus petits que la surface impressionnable de la pellicule d’un reflex 24 x 36. Ils ne récupèrent donc que la partie centrale de l’image obtenue avec le boîtier argentique. Développé par Olympus et Panasonic, le système Micro quatre tiers comporte des appareils à visée numérique, sans miroir, pourvus de capteurs dont le facteur de conversion par rapport au 24×36 est de deux : un 100 mm cadre comme un 200 mm en 24×36. L est la longueur d’un bord d’image ou de sa diagonale, et f la focale de l’objectif. Avec une longue focale, l’angle étant petit, on peut approcher le résultat du calcul de l’arctangente.

Rien n’interdit a priori de réaliser une longue focale puissante constituée d’une seule lentille ayant une longue distance focale. La qualité du résultat serait plus concluant que si l’on voulait réaliser avec une seule lentille des objectifs de courte focale. Malheureusement, l’objectif composé d’un seul groupe de lentilles sera d’autant plus long que sa focale sera importante. Il reste un domaine pour lequel les progrès de l’optique ne permettront pas de faire toujours mieux. C’est celui de la luminosité des longues focales. Si on peut faire des téléobjectifs courts mais puissants, on ne pourra jamais faire des téléobjectifs puissants et lumineux avec des lentilles de faible diamètre, car c’est contraire aux lois de la physique.

En conséquence, la luminosité des téléobjectifs fait l’objet de compromis. 6,3 et un diamètre de lentille frontale de 6 cm. Si une focale longue est moins difficile à concevoir qu’un objectif grand angle, au niveau de leur fabrication, les très longues focales sont les optiques les plus coûteuses. Certains objectifs sont maintenant équipés d’un stabilisateur qui comporte des accéléromètres, détecte les mouvements et les compense par des mouvements de certaines lentilles.