Poétique et écriture : Dante au miroir de Valéry et de Borges PDF

Cet article présente des problèmes multiples. Vous pouvez aider à l’améliorer ou bien discuter des problèmes poétique et écriture : Dante au miroir de Valéry et de Borges PDF sa page de discussion. La réorganisation et la clarification du contenu sont nécessaires.


Cet article peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées. Vous pouvez l’améliorer en ajoutant des références. La poésie philosophique appartient à deux domaines distincts et différents. Poésie et philosophie ont toujours entretenu, depuis leur origine, des liens privilégiés au cours des siècles. Les poètes et philosophes depuis Héraclite ont révélé, tant par leur interrogation à propos des êtres et de leur rapport au monde, tant par leur style souvent lapidaire et contradictoire, qu’il existe des ponts entre eux. Ils montrent donc par leurs travaux que poésie et philosophie sont complémentaires et inséparables. Démocrite riant, huile sur toile d’Hendrick ter Brugghen, 1628.

D’une part, vinrent d’autres penseurs, surtout Lucrèce avec De rerum natura. Tombe de Confucius, fondateur du Confucianisme. Les Annales des printemps et automnes. Bagdad, est un mystique persan du soufisme.

Il est un des piliers de la tradition persane du soufisme. Al Mutanabbi, quant à lui, est né en 915, et il est mort en 965. Portrait de Dante par Sandro Botticelli. Au cours de son périple, Dante va rencontrer une centaine de personnalités, depuis les grandes figures mythiques de l’antiquité comme les philosophes, jusqu’aux personnalités locales contemporaines de Dante. La Comedia tient à la fois du parcours personnel et l’action se situe dans un univers métaphysique, du manuel théologique chrétien par sa description de l’au-delà, qui a valeur éthique et morale.

Christine de Pisan est tôt accablée par le malheur : à vingt-cinq ans et avec la charge de trois enfants, Charles V, le protecteur de sa famille, étant mort, de même que son père et le mari qu’elle adorait, Christine se retrouve en butte aux injustices et à la pauvreté. Charles d’Orléans reçoit l’hommage d’un vassal. Toute l’œuvre de Charles d’Orléans  tourne autour des quelques thèmes privilégiés et récurrents que sont l’amour, le sentiment de la nature, la souffrance de l’exil – que ce soit l’exil réel qu’il a vécu ou cet exil plus subtil où l’on se perd dans la mélancolie. Jorge Manrique est un poète espagnol. L’exemplarité de l’Ubi sunt s’allège, s’efface devant la profonde intuition de la temporalité, née de l’instinct de la fragilité, et de l’expérience vécue. L’éloge du mort y est une merveille rhétorique, combinant à la fois pudeur et hyperbole.

L’habituelle théâtralisation de la Mort, ici, paradoxalement s’humanise. La sérénité de la résignation chrétienne de cet ars moriendi y a des accents d’une simplicité émouvante. François de Montcorbier, est élevé par un père adoptif, le chapelain Guillaume de Villon. En dépit du peu d’œuvres conservées, Villon est considéré, depuis l’époque romantique, comme l’un des plus grands poètes français. Il nous laisse ainsi trois cents poèmes, les Rime. Rainer Maria Rilke et Thomas Mann les admirent sans réserve.

Louise Labé a rénové le sonnet en France. Messager de Silésie, Johannes Scheffler dit Angelus Silesius. Chacun de ces distiques renferme une pensée. Pour que l’âme atteigne ces sommets, il lui faut être d’or fin, rigide comme pierre, limpide comme cristal. Angelus Silesius n’est pas un philosophe, mais un mystique et surtout un poète. Böhme dont il connut les œuvres en Hollande.

Pour son traducteur en langue française, Roger Munier,  depuis quelque trois siècles, de Leibniz à Heidegger, en passant par Hegel et Schopenhauer, l’écho de son œuvre sur la pensée profane n’a cessé de s’amplifier. Unique portrait reconnu de William Shakespeare. Les Sonnets de Shakespeare, écrits entre 1593 et 1596, ne furent publiés qu’en 1609. Dorangeon,  insolites, dérangeants dans ce contexte d’hyperbolisation de figures féminines, parce que destinés non pas à une jeune femme, mais à un jeune homme ouvertement désigné comme objet de passion. Grand observateur des hommes et de la nature, il a laissé derrière lui ses notes et ses journaux de voyage. Il a fait part de ses rencontres avec un art empli de succulentes nuances et de miraculeuse sobriété. Moderne à chaque siècle, cet homme a manifesté de son vivant tant de compréhension vis-à-vis de la nature et des hommes, dans un monde baigné de correspondances qu’il méritera toujours un très grand respect.

La Sente étroite du Bout-du-monde demeure un livre sans âge. Portrait de Voltaire d’après Maurice Quentin de La Tour. Voltaire est un mode d’écrire naturel depuis l’enfance. Il manie l’alexandrin comme nul autre en son temps.

Beaumarchais place au même niveau que l’Iliade, mais elle est rejetée dans l’oubli par le Romantisme. Je suis l’autre, note :  Quoi qu’on puisse dire philosophiquement, nous tenons au sol par bien des liens. On n’emporte pas les cendres de ses pères à la semelle de ses souliers, et le plus pauvre garde quelque part un souvenir sacré qui lui rappelle ceux qui l’on aimé. Selon Bunting, être quaker c’est être un  chrétien panthéiste . Darras, Whitman croit à l’intégrité de l’incarnation. C’est le fond solide de sa philosophie.

Il croit à l’incarnation jusque dans les moindres détails de son corps, conclut Darras. Quant au style de Whitman, selon C. Fillard,  sans rime ni mètre, le verset whitmanien obéit à un rythme comparable aux cadences bibliques ou aux vagues de la mer. Ses catalogues et leur défilé kaléidoscopique offrent en spectacle l’inadéquation du langage ainsi révélée par un poète en quête d’indicible et se sachant condamné à l’échec tout en rêvant d’un monde où nommer serait créer. Rimbaud écrit dans sa Lettre du voyant :  La poésie n’est pas un état de vision, c’est un état de voyance. Par ailleurs, les Poésies II d’Isidore Ducasse dit Comte de Lautréamont sont écrites en prose et consistent en des aphorismes exaltés ou en des réflexions sur la littérature.