Politiques économiques, construction communautaire PDF

Sauter politiques économiques, construction communautaire PDF la navigation Sauter à la recherche Les politiques de santé consistent à fixer collectivement des caps pour donner à chacun les moyens de se soigner, et de rester en bonne santé le plus longtemps possible. Cette nécessité s’est affirmée au plan international depuis une trentaine d’années, sous l’influence notamment de la Charte d’Ottawa adoptée le 21 novembre 1986 lors d’une conférence internationale pour la promotion de la santé réunie à l’initiative de l’Organisation mondiale de la santé.


En cherchant à établir des priorités, toute politique de santé prend le risque de s’exposer aux critiques de ceux dont les actions n’ont pas été désignées comme prioritaires. La définition des politiques de santé souffre également d’un défaut d’instruments de mesure objective permettant de définir les « besoins de santé », censés justifier les choix effectués. Article détaillé : Politique de santé publique en France. En France comme dans la plupart des pays, les politiques de santé constituent aujourd’hui des enjeux politiques majeurs. Ce terme est cependant d’utilisation récente, même si toutes les sociétés sont confrontées aux questions relatives à la lutte contre la maladie et à la mort.

En agissant sur les conditions de vie, les gouvernements locaux prennent des mesures susceptibles d’améliorer la survie et la santé du plus grand nombre. La construction systématique de réseaux d’égouts et d’eau potable dans les villes européennes date de cette époque. Certains auteurs se sont interrogés sur le fait qu’un pays comme la France, qui a créé le mouvement d’hygiène publique moderne et établi la santé publique comme discipline scientifique ait été si lent à en appliquer les mesures sur une grande échelle. Ainsi, les pouvoirs publics ont tardé à introduire les obligations vaccinales contrairement à beaucoup d’autres pays européens. Le XIXe siècle est aussi la période de construction en Europe des droits sociaux avec un pays pionnier dans ce domaine, l’Allemagne. Les bases des systèmes modernes de protection sociale ont en effet été posées dans ce pays, dès 1883, sous l’influence du chancelier Otto Von Bismarck.

Au milieu du XIXe siècle se sont pourtant formées de nombreuses sociétés de secours mutuel, avec l’émergence de nouvelles solidarités, en lien avec l’extension du salariat et la montée d’une conscience collective des masses ouvrières. S’installe alors un réseau de plusieurs centaines de caisses de sécurité sociale confessionnelles, syndicales, patronales ou généralistes qui collectent les cotisations et servent les prestations. 1945 un programme de transformation sociale qui prévoit l’instauration de la sécurité sociale sous l’égide des partenaires sociaux. La nouvelle organisation qui se met en place améliore alors la protection maladie des salariés. Mais le niveau de remboursement des soins médicaux reste faible.

De Gaulle, est une étape majeure dans la construction du système de soins français dont les CHU deviennent alors l’épicentre. La réforme favorise le rapprochement entre les activités de soins, d’enseignement et de recherche. Cette réforme impose, en annexe de la loi, la présentation d’un rapport sur les orientations de la politique de santé et de sécurité sociale. Un article de la loi précise les conditions de présentation de la politique de santé et de son évaluation par le Parlement : « la Nation définit sa politique de santé selon des priorités pluriannuelles. La Nation définit sa politique de santé selon des objectifs pluriannuels.