Pourquoi je dois me laver ? PDF

Mylène, qui a fait le choix avec son compagnon de vivre dans une tiny house de 13 m2. J’ai rencontré Mylène dans le cadre de mon atelier en ligne « Devenir home-organiser », dont la 5ème session vient de se terminer. Très rapidement, au fil de nos échanges, j’ai proposé à Mylène si elle acceptait de partager son expérience minimaliste et son choix de vie atypique avec les participants de mon autre atelier, « 3 mois pour désencombrer et alléger sa vie ». Son expérience est en effet pourquoi je dois me laver ? PDF vraie source d’inspiration : vivre à deux dans 13 m2 oblige nécessairement à s’interroger sur ce dont on a réellement besoin pour vivre et se sentir bien, et sur ce qui compte vraiment pour nous : notre essentiel, au sens le plus noble du terme.


À cause de Bouzzy, Adibou se retrouve couvert d’huile ! Une seule solution : la douche. Pourquoi je dois me laver tous les jours ? ronchonne-t-il. Pour le savoir, pars à l’aventure avec Adibou et ses amis, et découvre les mystères du corps humain.

Un grand merci à Mylène, à la fois pour ce partage, photos compris, et aussi pour le temps qu’elle a consacré à l’écriture des lignes qui suivent ! Je m’appelle Mylène, j’ai 25 ans et je vis avec mon compagnon dans une tiny house, une mini maison sur roues de 13m2. Nous avons découvert le concept des tiny houses en 2013 grâce à une interview filmée du père du mouvement, Jay Shafer, qui faisait visiter sa tiny house de 9m2. Nous voulions un logement à nous et en avions marre que notre argent disparaisse chaque mois dans un loyer. Nous souhaitions également que notre habitat corresponde à nos besoins, mais n’avions pas les moyens d’acheter un terrain et de faire construire une maison. Les choix professionnels que nous étions en train de faire ne risquaient d’ailleurs pas d’arranger les choses de ce côté-là. Légalement, c’est une remorque avec un chargement.

Comme nous avions vécu à divers endroits en tant qu’étudiants, en France comme à l’étranger, nous n’étions pas prêts à nous fixer à un endroit précis. Pourtant, si pour Thibaut la découverte des tiny houses a été une évidence, j’étais beaucoup plus sceptique. Je ne voyais simplement pas comment nous pouvions vivre confortablement à deux dans moins de 15m2, taille de mon studio d’étudiante. Ce projet, qui était d’abord le sien, est peu à peu devenu le nôtre.

Nous avions cependant convenu d’en construire deux et de les relier entre elles afin de disposer d’une surface acceptable. En observant comment nous vivions, nous nous sommes finalement rendu compte que le coût de construction d’une seconde tiny n’était pas justifié par ce qu’elle nous apporterait. En effet, dans l’appartement de 47m2 que nous occupions, l’espace avait fini par devenir une contrainte. Au même moment, nous avons commencé à suivre l’émission télévisée américaine Tiny house nation qui suit des personnes ayant le projet de vivre dans une tiny house dans leur processus de construction et de désencombrement jusqu’à leur emménagement. Ces témoignages ont peu à peu donné une dimension accessible à la vie à deux en tiny, car certains couples vivaient également avec leur enfant ou leur animal de compagnie.

Ce que l’on recherche vraiment, c’est l’impression d’espace. Et elle dépend d’autres critères que la surface, tels que la hauteur sous plafond, la luminosité, la vue extérieure et l’agencement. Néanmoins, cet espace doit être bien agencé, et rester ordonné. Mon compagnon affirme que la tiny house est le remède à son désordre : s’il disposait de davantage d’espace, il ne serait pas poussé à ranger car le désordre n’entraverait pas ses mouvements. Mais dans une tiny house, impossible de laisser traîner un balai ou un sac de courses sans que cela gêne le passage.

Je n’avais pas d’appréhension particulière concernant l’impact que cette nouvelle maison aurait sur notre relation, car nous communiquons beaucoup et avons à cœur de ne pas laisser s’installer de frustration ou de non-dits. Bien sûr, il y a l’extérieur si l’on souhaite vraiment s’isoler mais cela ne fonctionne pas par tous les temps. Le concept de tiny house peut également faire peur si l’on possède beaucoup de choses. Mais nous étions déjà dans une démarche de minimalisme : nous aimons nous entourer de choses utiles, et essayons de ne pas faire entrer dans notre vie d’objets qui ne contribuent pas significativement à notre bien-être. Vivre dans un petit espace nécessite tout de même quelques efforts de conception.

Nous avons passé plusieurs mois à faire et modifier nos plans, le mètre toujours à portée de main. Nous nous sommes posé beaucoup de questions que l’on ne se pose par lorsque l’on opte pour une maison ou un appartement normal : ai-je besoin de 50 ou 60 cm de plan de travail pour cuisiner confortablement ? Il ne nous paraissait donc pas possible de faire aménager notre tiny house par l’entreprise qui l’a construite, car personne d’autre que nous ne pouvait répondre à beaucoup de ces questions et aucun entrepreneur n’aurait été prêt à entrer dans un tel degré de détail. Cela n’a pris qu’un mois au constructeur pour construire notre maison. Nous sommes allés la chercher 2 jours avant de célébrer notre PACS, ce qui nous a permis de nous faire offrir de nombreux éléments pour l’aménager. Une ancienne maison de jardinier inhabitée, à peine plus grande que la nôtre, est déjà présente sur le terrain, ce qui présente l’énorme avantage de disposer de l’eau courante et de l’électricité. Cette petite maison dispose en plus d’une machine à laver, ce qui est très pratique.

Maintenant bien installés, nous pouvons profiter de tous les avantages que nous offre notre maison : le sentiment de vivre dans un cocon bien confortable, une luminosité incroyable, des charges minuscules, une ouverture sur l’extérieur qui nous pousse à nous installer dehors au moindre rayon de soleil, un emplacement de rêve dans la nature au pied des chemins de randonnée, avec vue sur le lac, où l’on peut cultiver notre potager. Et surtout, la satisfaction de ne pas s’encombrer de superflu pour pouvoir nous consacrer à l’essentiel : profiter des bons moments. Signé par Diane de Zen et Organisée ! Je me permets de vous joindre un projet qui me tiens particulièrement à coeur, je vous laisse le découvrir en cliquant sur le liens suivant! Je me permets de vous contacter pour ce bel article écrit par Mylène.

J’aurais aimé échangé avec Mylène et son compagnon afin d’avoir un retour d’expérience et pouvoir avoir quelques conseils de leurs parts sur la conception et l’aménagement. Elle ne souhaite pas non plus transmettre son adresse mail, pour les mêmes raisons. Mais Au niveau alimentation eau, électricité, ça fonctionne comment? Tout d’abord merci pour votre témoignage qui me conforte dans mes envies.