Pouvoir civil et pouvoir religieux : Entre conjonction et opposition PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Une théocratie est un gouvernement où le titulaire de la souveraineté est divin. Pouvoir civil et pouvoir religieux : Entre conjonction et opposition PDF, l’usage le plus répandu est de parler de théocratie dès qu’il y a confusion entre politique et religion. Chez l’un et l’autre, l’idée que Dieu gouverne permet de distinguer clairement le pouvoir de Dieu du pouvoir politique qui est à l’époque celui des Romains. Elle justifie ainsi un désengagement des religieux de la politique.


On admet communément que le pouvoir civil et le pouvoir religieux sont historiquement indissociables. Si le rapprochement entre les deux sphères est effectivement fréquent, cela ne signifie nullement la soumission systématique du politique au religieux, ni même l’harmonie entre les deux. Bien des civilisations connaissent une union simplement stratégique, où la conviction spirituelle pèse peu de choses face aux impératifs tactiques. Ces deux pouvoirs sont-ils aussi intimement liés qu’on le croit communément ?

La théocratie est en ce sens apolitique. Au cours de l’histoire, l’idée que Dieu gouverne a cependant joué un rôle dans l’élaboration de théories politiques et la mise en place de différentes formes de gouvernements civils. Pour Spinoza, la théocratie est au contraire le moyen d’éviter toute forme d’extrémisme politique. Ainsi, Pour Joseph de Maistre la Révolution n’a pas été menée par des hommes mais elle est le résultat de l’action de Dieu qui détruit pour reconstruire. Cependant, à la même époque, sur fond des polémiques qui entourent les révolutions, la séparation de l’Église et de l’État, ainsi que la fin des États pontificaux, le terme théocratie commence à désigner, non plus le gouvernement de Dieu, mais celui des religieux. Il sert alors à traiter du rapport entre l’Église et le pouvoir civil. Puisque la théocratie pensée comme pouvoir des religieux n’est pas à proprement parler le gouvernement de Dieu, Max Weber a remplacé le terme de  théocratie  par ce lui de  hiérocratie , la hiérocratie désignant chez lui un pouvoir de persuasion sans force physique.

Le terme de théocratie est devenu de manière imprécise synonyme de dictature, d’État totalitaire ou de confusion du politique et du religieux. La théocratie dans le sens d’un gouvernement de Dieu peut être envisagée dès lors qu’il est question de Dieu et de son activité dans le monde, soit qu’il révèle ses lois, soit qu’il agisse directement en dirigeant la vie des hommes et le cours des événements par sa Providence. Penser la théocratie comme confusion du politique et du religieux n’a de sens que si l’on considère préalablement ce qui permet de les distinguer. Cependant, la distinction entre politique et religion, ou bien, autrement dit, entre pouvoirs temporel et spirituel, n’est pas d’emblée universelle. Elle ne se pose pas de la même manière dans le judaïsme, le christianisme ou l’islam. Pour Flavius Josèphe, aucun régime politique ne peut atteindre la plénitude du gouvernement de Dieu, et aucune loi ne peut égaler la perfection de la Thora que Dieu a donnée à Moïse.