Précis de zoologie, tome 1 : Anatomie comparée PDF

Différentes formes de bec adaptées à différents modes d’alimentation. Un bec, au sens strict, est une structure anatomique externe qui permet la prise alimentaire et donc la nutrition chez les oiseaux. La précis de zoologie, tome 1 : Anatomie comparée PDF est le tégument corné du bec, recouvrant les deux mâchoires osseuses.


Public concerné : 2e et 3e cycles, chercheurs.

Le bec est plus précisément un phanère, au même titre que les plumes et les écailles, qui sont donc des productions cornées du tégument. Les narines s’ouvrent toujours à la base du bec, sauf chez les Apterygidae ou Kiwis, chez qui elles s’ouvrent à l’extrémité du bec. La partie supérieure du bec est la mandibule supérieure ou maxillaire voire simplement mandibule chez les rapaces par exemple, et la partie inférieure est la mandibule inférieure ou maxille. Les Pinsons de Darwin des Îles Galápagos illustrent comment, par radiation évolutive, d’une espèce originale, quatre types de bec sont apparus, pour treize espèces au total. Les oiseaux de proie comme le faucon ou les charognards ont un bec court, robuste et crochu qui permet de déchiqueter la viande. Celui des oiseaux-mouches a la forme d’une paille pour boire le nectar de certaines fleurs.

Celui des Anatidae, comme le canard, est plat, munie de lamelles internes, pour lui permettre de retenir les petits poissons et plantes en filtrant l’eau. Celui du perroquet est puissant et ramassé afin de briser des graines. C’est cette variabilité de la forme des becs qui a inspiré Charles Darwin et sa théorie de l’évolution, ou plus particulièrement de la sélection naturelle, lors de son voyage aux Îles Galápagos. Le bec sert également au toilettage. Bec à bosse de l’oie de Guinée. Le vautour a un bec adapté à son alimentation de carnassier.