Pratique de l’institutionnel et politique PDF

Si ce bandeau n’est pratique de l’institutionnel et politique PDF pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Leur publication par Julien Freund en 1959, précédée d’une longue préface de Raymond Aron, a beaucoup fait pour la réception française de l’auteur. Weber traite de l’action politique, de son fonctionnement, de sa légitimation, et donne sa célèbre définition de l’État.


Cet ouvrage est une réédition numérique d’un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d’origine.

Ils permettent l’introduction du concept de neutralité axiologique, qui questionne le rapport du chercheur en sciences sociales à son objet. L’essor du capitalisme allemand s’étend au monde scientifique. Ainsi le scientifique se retrouve coupé de ses moyens de productions et rentre dans une forme de précarité. Le savant tire ses recherches de l’inspiration, qui serait comparable à l’intuition de l’artiste. Les relations entre scientifiques ne sont pas comparables à celle du monde artistique. On ne peut pas dire qu’un chef d’œuvre dépasse un autre car cela est question de point de vue.

Sur la science, Weber affiche une attitude extrêmement progressiste. Il explique ainsi qu’il trouve étrange la défiance vis-à-vis de la science. La division du travail induit que nous utilisons la science sans la comprendre. Je ne peux expliquer comment marche un tramway mais l’important n’est pas là, l’important repose sur le fait de pouvoir compter sur le tramway. Elle montre qu’à chaque instant que nous pourrions si nous voulions comprendre le monde. C’est la fameuse idée du désenchantement du monde.

Il établit une distinction entre le savant et le politique sur le fait que le politique prend position tandis que le scientifique analyse les structures politiques. Pour lui l’enseignant n’a pas à faire de politique, n’a pas à utiliser de son autorité. Le destin de notre époque, caractérisée par la rationalisation, par l’intellectualisation et surtout par le désenchantement du monde, a conduit les humains à bannir les valeurs suprêmes les plus sublimes de la vie publique. L’État consiste donc en un rapport de domination à caractère institutionnel. Weber distingue deux façons de faire de la politique : il existe les hommes politiques professionnels qui vivent de la politique et les occasionnels qui n’en font pas leur vie ni matériellement ni moralement. Cette distinction repose donc sur des critères financiers.

Pour Weber, vivre de la politique signifie aussi être journaliste, travailler dans l’administration de l’État, dans les coopératives par exemple. Tant et si bien que la politique perd parfois de son sens selon l’auteur. Il est de plus nécessaire d’opérer une distinction entre fonctionnaires de carrière, qui doit administrer de façon non partisane et fonctionnaires politiques. Les partis politiques animent la vie démocratique mais ceux-ci sont sous le contrôle de notables qui dirigent le parti au nom de leur charisme. La vocation du politique repose sur l’envie de pouvoir appartenir à une caste permettant de s’élever au-dessus des autres. Il est donc nécessaire d’avoir ce sentiment de responsabilité. En 2003, une nouvelle traduction annotée de Catherine Colliot-Thélène est publiée par les éditions La découverte-poche sous le titre : » Le savant et le politique, une nouvelle traduction » rappelle notamment les dates, 1917 et 1919, et les circonstances des deux conférences de Max Weber.