Qu’est-ce que le tiers-état ? PDF

Depuis plusieurs années, l’idée s’est répandue que le Groupe de Bilderberg serait un embryon de gouvernement mondial. Ayant eu accès aux archives de ce club très secret, Thierry Meyssan montre que cette description est une fausse piste utilisée pour masquer la véritable identité et fonction du Groupe : le Bilderberg est une création de l’OTAN. Depuis la dislocation de l’Union soviétique, des journalistes se sont intéressés à cette organisation élitiste et secrète. Certains auteurs y qu’est-ce que le tiers-état ? PDF vu un embryon de gouvernement mondial et lui attribuent les principales décisions politiques, culturelles, économiques et militaires de la seconde moitié du XXe siècle.


On connaît le plan, resté fameux, de la première partie de la brochure de Sieyès : 1. Qu’est-ce que le tiers-état ? Tout. 2. Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien. 3. Que demande-t-il? A être quelque chose. Grand brûlot politique, écrit avec une vigueur et une brutalité rares, Qu’est-ce que le tiers-état? publié en janvier 1789, rend immédiatement son auteur célèbre et connaît un succès retentissant. Sieyès y attaque la noblesse « étrangère à la Nation », dresse le bilan négatif de la politique passée et montre la tache à venir. Que faire pour rendre le peuple heureux? Avoir recours à la Nation et non aux privilégiés, car la Nation est tout, elle est l’origine de tout. La Nation doit donc se donner librement sa Constitution et les lois qui protègent les citoyens et décident de l’intérêt commun. Ainsi seront posés les fondements de la société nouvelle. Œuvre de circonstance, Qu’est-ce que le tiers-état ? allait devenir l’un des textes fondateurs de la société moderne.

Une interprétation qu’a relayée Fidel Castro, mais que rien n’est venue confirmer, ni infirmer. Pour savoir ce qu’est ou n’est pas le Groupe de Bilderberg, j’ai cherché des documents et des témoins. J’ai eu accès à l’intégralité de ses archives pour la période 1954-1966 et à de nombreuses pièces ultérieures, et j’ai pu discuter avec un de ses anciens invités que je connais de très longue date. Aucun journaliste à ce jour, et certainement pas les auteurs à succès qui ont popularisé les clichés actuels, n’a eu accès à tant de documents internes du Bilderberg. Voici ce que j’ai découvert et compris. La première réunion 70 personnalités, issues de 12 pays, participent à la première réunion du Groupe.

Les invités sont répartis dans deux autres hôtels avoisinants, mais les débats se tiennent dans l’établissement principal qui donna son nom au Groupe. Les invitations, à en-tête du Palais de Soestdijk, sont sybillines. J’apprécierais vivement votre présence au congrès international, sans caractère officiel, qui se tiendra aux Pays-Bas vers la fin du mois de mai. Ce congrès désire étudier un certain nombre de questions d’une grande importance pour la civilisation occidentale et a pour but de stimuler le goodwill et l’entente réciproque grâce à un libre échange de vues ». Une fois arrivé sur place, l’impression des invités est tempérée par les deux présidents de séance : l’entrepreneur états-unien John S. Coleman et le ministre belge sortant des Affaires étrangères Paul van Zeeland. Enfin, on aperçoit en bout de tribune Joseph Retinger, l’éminence grise des Britanniques.

Il ne s’agit pas de faire campagne pour la CED, mais de mobiliser les élites pour la Guerre froide. Bernhard a été choisi pour convoquer ce congrès parce que son statut de prince consort lui donne un caractère étatique sans pour autant être officiel. Il masque le commanditaire : une organisation inter-gouvernementale qui entend manipuler les gouvernements de certains de ses États membres. Or, les documents en notre possession montrent que le CCNTP n’a de citoyen que le nom. C’est en réalité une initiative de Charles D. Jackson, le conseiller en guerre psychologique de la Maison-Blanche. L’opération est pilotée en amont par William J.

Paul van Zeeland n’est pas seulement le promoteur de la Communauté européenne de Défense, c’est aussi un politicien de grande expérience. Cette organisation a été mise en place par Joseph Retinger, déjà cité. Aventurier polonais, Retinger s’est retrouvé conseiller du gouvernement Sikorski en exil au Royaume-Uni. Londres, il a animé le microsome des gouvernements en exil se faisant ainsi le plus beau carnet d’adresse de l’Europe libérée.