Raison et Sentiments PDF

Please forward this error screen to 198. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Mr Dashwood, sa veuve et ses trois filles, Elinor, Marianne et Margaret, se retrouvent dans une situation financière très difficile, seul le fils né du premier mariage de feu Mr Dashwood peut hériter et son arrogante épouse Fanny le dissuade d’aider financièrement sa belle-mère et ses raison et Sentiments PDF demi-soeurs . La longueur de l’adaptation permet de garder la majeure partie de l’intrigue et des scènes présentes dans le roman.


Mais d’autres sont ajoutées, mettant en scène ce qui reste sous-entendu dans le texte écrit. Le personnage du colonel Brandon est particulièrement mis en valeur : sa rivalité avec Willoughby est mise en scène et le duel qui voit la défaite de Willoughby, à peine évoqué à mots couverts dans le roman, est porté à l’écran pendant le générique du troisième épisode. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 17 janvier 2019 à 13:25. Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

En vertu de la loi de l’époque, John Dashwood, le fils aîné, hérite tous les biens de son père, Henry Dashwood, laissant, malgré sa promesse à son père mourant, la deuxième épouse de ce dernier et ses trois demi-sœurs dans une situation financière précaire. Dashwood désespère de voir ses filles prendre époux. Tout va pour le mieux : Marianne et Willoughby ne se quittent plus, il est évident pour tout le monde qu’il va tôt ou tard demander sa main. Cependant, la vie tranquille des Dashwood est bouleversée lorsque Willoughby, par un revirement inexplicable, leur annonce qu’il doit retourner à Londres, sans donner plus de détails.

Le bouleversement d’Elinor est à son comble lorsqu’elle apprend de miss Steele qu’elle est secrètement fiancée à Edward Ferrars depuis 5 ans. Le séjour à Londres est une catastrophe pour Marianne dont Willoughby se détourne en public, il va épouser une riche héritière. Quant à Edward, déshérité par sa mère, il tient à sa promesse d’épouser la sotte Lucy. La sage Elinor, malgré la douleur d’apprendre par un domestique qu’un monsieur Ferrars a épousé miss Steele, refuse de laisser ses sentiments dominer sa raison, et donne à Marianne le courage de reprendre goût à la vie. Les visites du colonel Brandon, qui lit des poèmes à la convalescente et lui offre un piano, sont accueillies avec une gratitude de plus en plus tendre. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le film a été entièrement tourné en Angleterre.

Les lieux de tournage ont été soigneusement choisis pour montrer la situation sociale ou les sentiments des personnages. L’action débute à Norland, une riche et opulente demeure et le paysage alentour, où Edward et Elinor se promènent à cheval, évoque quelques tableaux de Claude Lorrain ou de Poussin, avec ses larges espaces parsemés de bosquets et de moutons. Les paysages traversés sont en harmonie avec les sentiments éprouvés, ce que renforce la musique  décorative . Pendant le voyage vers Londres, la voiture de Mme Jennings qu’accompagnent Elinor et Marianne traverse des paysages fleuris et printaniers, alors que le retour vers Cleveland se fait à travers une lande désolée et battue par le vent, sous des nuages menaçants. Il y a ensuite, quand elle arrive à Cleveland, sa promenade d’abord dans le labyrinthe, avec ses hautes haies, symbolisant son état d’esprit, puis sa montée vers la colline d’où on voit Combe Magna, petite silhouette blanche perdue dans l’immensité verdoyante. Shakespeare en contemplant la vieille demeure à l’air abandonné.

La mélodie, à l’orchestre, accompagne la promenade d’Elinor et Edward, soulignant leur connivence. Marianne veut connaître ses sentiments pour Edward, quand Sir John encourage en vain Brandon à courtiser Marianne, mais aussi quand est révélée la vilénie de Willougby et qu’Elinor rapporte à Marianne ce qu’elle a appris du colonel. Cleveland, ce qui crée un grand contraste avec la musique entraînante accompagnant le départ pour Londres. Le deuxième The Dream est la partition que lui a donnée le colonel. C’est un chant grave, recueilli, dans un style évoquant Schubert.

Ainsi Not a Beau for a Mile avec ses répétitions, illustre la monotonie de la vie quotidienne dans Barton Cottage, si loin de tout. Patience souligne l’attente de Marianne à qui Willougby a promis de revenir le lendemain, comme All the Delight of the Season exprime son plaisir et son impatience d’aller à Londres où elle espère le retrouver. La bande originale du film a été nommée aux Oscars 1996. Lydia Martin, Les Adaptations à l’écran des romans de Jane Austen: Esthétique et Idéologie, L’Harmattan, 2007, 270 p. Ce que prévoyait le scénario au départ. Emma Thompson, The Sense and Sensibility Screenplay and Diaries, Newmarket Press, . Cité par Lydia Martin 2007, p.