Soyons l’âme du monde. Textes choisis des chrétiens des premiers siècles PDF

Tout ce à quoi s’intéresse leur auteur se résume en effet en une seule question fondamentale :  qu’est-ce que l’homme ? Pour saisir ce qu’est l’Homme, Montaigne, autant observateur curieux que lecteur érudit, cultivant le doute sur les traditions philosophiques ou savantes dogmatiques, le décrit aussi bien dans ses misères que dans ce qu’soyons l’âme du monde. Textes choisis des chrétiens des premiers siècles PDF a de grand : les Essais dressent le portrait d’un être dans la moyenne, divers, ondoyant, et surtout plus riche que tous les modèles idéaux auxquels on s’efforce de l’identifier.


Un tel livre, prodrome littéraire de la science humaine en gestation et même des sciences exactes en devenir, ne pouvait évidemment laisser indifférent. Si les premières impressions à Bordeaux datent de 1580, des additions sont déjà décidées en 1582 et le livre III n’est édité qu’en 1588 avec la volonté affirmée de se décrire, de se peindre. L’édition posthume se prépare vers 1590. Marie de Gournay, fille d’alliance de Montaigne. C’est elle qui dirige la première édition posthume des Essais en 1595.

Journal de voyage en Italie et enfin les Essais. La première édition des Essais paraît en mars 1580 chez Simon Millanges, à Bordeaux, en deux volumes in-octavo. Elle ne comprend alors que les livres un et deux, eux-mêmes d’un contenu assez léger par rapport aux additions que Montaigne fera par la suite. En 1587 paraît à Paris la troisième édition, chez Jean Richer, en un volume in-duodecimo. Elle est suivie en 1588 d’une nouvelle édition en un volume in-quarto, publiée  chez Abel Langelier au premier pilier de la grande-salle du Palais. Détail curieux, cette édition porte à la page de titre la mention  cinquième édition , alors qu’on n’a jamais retrouvé trace d’une quatrième édition. Montaigne disposait d’un exemplaire de cette édition qu’il annotait et corrigeait en vue d’une réimpression.

Montaigne a-t-il simplement ajouté un chiffre à l’édition dont il disposait ? Après la mort de l’auteur des Essais, sa  fille d’élection , Marie de Gournay, fait publier la première édition posthume en 1595, toujours chez Langelier, édition qui reprend la plupart des annotations écrites par Montaigne dans son exemplaire personnel mais en les tronquant. Bordeaux, enrichi et corrigé par Montaigne lui-même, sans avoir la certitude qu’il s’agisse là de la dernière volonté littéraire de l’auteur. De plus, cet exemplaire est en certains endroits incomplet : la reliure a fait disparaître ou a tronqué plusieurs des notes que Montaigne écrivait dans la marge. On recourt donc à l’édition de 1595 pour pouvoir, autant que possible, rétablir les annotations manquantes.

Bordeaux est ignoré des éditeurs, qui se contentent de reproduire le texte de Marie de Gournay, bien qu’en 1802, Naigeon, secrétaire de Diderot, se rendant compte de son importance, publie une édition qui en reprend le texte. Alors que la morale du Moyen Âge repose sur l’autorité de la parole divine, la morale antique, redécouverte par les humanistes, est fondée sur l’idée d’une conscience individuelle se pliant aux devoirs que lui dictent une raison humaine imparfaite et mouvante. Budé, Vives, ont tenté d’accorder l’héritage de l’antiquité à la pensée chrétienne. Catholiques, comme protestants, étaient en effet bien décidés à tirer profit des leçons de la morale antique, en apparence inoffensive et conciliable avec tout le monde, tout en continuant de la subordonner à la morale biblique. Désormais, un art de vivre pouvait à nouveau exister, qui ne soit pas fondé sur la métaphysique, à condition qu’il se contente d’occuper l’espace laissé libre par les principes sacrés. Entre 1550 et 1600, la philosophie antique pénètre donc assez largement la production intellectuelle et littéraire française.