Techniques en neurosciences PDF

Rassurer le malade en lui expliquant le principe de l’examen. Port de gants techniques en neurosciences PDF après lavage des mains. Ne pas toucher le point cutané devant être piqué.


Le passage de la dure-mère se traduit par une impression de rupture d’une résistance. Recueil du LCS dans 3 tubes. Rasage a minima et désinfection de la région pariétale. Forage de 2 trous à l’aide d’une mèche disposant d’une butée. Mise en place de la traction. Des compresses imprégnées d’un antiseptique local enserrent les points de jonction étrier – crâne. Incision cutanée horizontale : un à deux travers de doigts au dessus du sternum.

Dissection du plan musculo-aponévrotique à l’aide de ciseaux. Rétraction latérale à l’aide d’un écarteur de Farabeuf. Celle-ci sera effectuée entre deux pinces. Vérification de l’étanchéité de la canule. Fermeture cutanée en un plan par du fil non résorbable.

Principales complications  : hémorragie, obstruction de la canule. Ouverture cruciforme de la dure mère. Lavage soigneux et abondant de la cavité jusqu’à ce que le liquide se clarifie. Ouverture de 1 à 2 cm de la membrane interne sans effraction de l’arachnoïde.

L’injection de sérum dans l’espace sous dural prévient l’installation d’une pneumatocèle expansive post opératoire. Drainage non aspiratif par l’intermédiaire d’une lame souple, à garder pendant 3 à 4 jours. Un épanchement persistant post-opératoire est fréquent et ne justifie une reprise chirurgicale qu’en présence d’une aggravation de l’état clinique. Complications : pneumatocèle expansive post-opératoire, récidive, empyème. La RÉHYDRATATION est importante à réaliser car il persiste souvent un collapsus cérébral pouvant être source de récidive. Infiltration cutanée locale d’un anesthésique adrénaliné. Incision cutanée arciforme à charnière inférieure.

Hémostase du diploë à la cire de Horsley. Coagulation puis incision de la dure-mère. Ponction de la corne ventriculaire frontale à une profondeur de 4 à 5 cm. Recueil du LCS pour les différents laboratoires. Tunnélisation sous cutanée du cathéter, sur 3 à 4 cm.

Ligature du connecteur à la peau. Suture de la peau par du fil non résorbable en un plan en points séparés. 8 cm pour l’enfant à crâne ouvert . Installation du malade : décubitus dorsal, tête tournée vers la droite ou la gauche, mastoïde au « zénith », région cervicale dégagée. Tonte à minima – 1 cm- du champ opératoire. Incision cutanée arciforme pariéto-occipitale ou frontale. Préparation du lit de la valve dans la région sous cutanée rétromastoïdienne.

Fermeture du péritoine au fil non résorbable OOO. Fermeture des différentes incisions cutanées au nylon OO. Indiquer la survenue d’incidents per-opératoires et la durée de l’intervention. Un traitement anticomitial post opératoire n’est pas nécessaire. Digestive : pseudo-kystes péritonéaux , perforation d’organes, migration rectale, le cathéter distal dans ce cas devra être oté en aval. Génitale : hydrocèle, demandant une ligature du cordon. Syndrome du 4 ème ventricule exclu lié à une sténose de l’aqueduc de Sylvius I ou II aire, associée à une fibrose arachnoïdienne de la fosse postérieure, nécessitant une dérivation du kyste.

Toutes ces complications impliquent qu’une RIGUEUR stricte et permanente doit être de règle au cours des différentes étapes de la procédure. Billots sous les épaules, évitant toute compression abdominale, permettant ainsi un drainage du système veineux cave inférieur. PL en position paramédiane introduite perpendiculairement. Le milieu de l’apophyse épineuse sus jacente se projette en général au dessus de l’espace intervertébral. L’opérateur se tient du côté de la hernie. Abord inter-myo-lamaire après section de bas en haut des attaches des masses musculaires para vertébrales. Refoulement latéral à l’aide de compresses ou de cotons montés.