Territoires écologiques PDF

Face aux enjeux du changement climatique et aux défis du soutien à la croissance et à l’attractivité des villes, l’État encourage la transition écologique des collectivités locales. Depuis 2010, les actions les plus innovantes bénéficient du soutien financier de l’action « Ville de demain » des investissements d’territoires écologiques PDF, coordonnée par le Commissariat général à l’investissement et gérée par la caisse des Dépôts. Le Programme d’investissements d’avenir, piloté par le Commissariat général à l’investissement, consacre 668 millions d’euros à l’action « Ville de demain » gérée par la Caisse des dépôts.


Certains demandent à l économie d assumer sa responsabilité, en fournissant les moyens de la préservation durable de la nature. A l inverse, d autres estiment qu il ne faut pas intégrer la biodiversité dans une économie de marché. La nature a-t-elle de la valeur, ou a-t-elle un prix ? On semble en être arrivé, aujourd hui, à ce que l économie fonctionne indépendamment du capital naturel des territoires. Le système de la nature et celui de l économie humaine seraient-ils distincts ?

Grâce à « Ville de demain », l’Etat accompagne, depuis 2010, des projets urbains intégrés, exemplaires en termes d’excellence environnementale et d’innovation, portés par des acteurs publics ou privés, dans des métropoles ou des grandes agglomérations. L’objectif de cette démarche partenariale est de développer des villes attractives et résilientes qui préservent l’environnement, la cohésion sociale et la qualité de vie de leurs habitants. Le Programme « Ville de demain » est mis en œuvre en deux tranches. En l’espace d’un siècle, entre 1950 et 2050, la population urbaine mondiale sera passée de 1,5 milliard de personnes à près de 10 milliards. Entre 2000 et 2050, plus de 3 milliards de personnes se seront installées dans les villes.

CO2 et de dégradation de la qualité de l’air. L’expérience partagée des Écocités » sous la direction de Florent Hébert, aux éditions Parenthèses. Sauter à la navigation Sauter à la recherche Les écosystèmes procurent de nombreux services dits services écologiques ou services écosystémiques. D’autres services rendus sont l’élimination des déchets et de la matière organique par les détritivores. Ce service est notamment assuré par les bousiers qui contribuent aussi à enrichir les sols, à les décolmater, et à la bonne germination de certaines plantes. La notion de bon état écologique décrit la bonne santé d’un écosystème et garantit la quantité et la qualité des services fournis par lui tout en en dépendant. On y inclut parfois les aménités offertes par la nature comme la beauté des paysages.

La stratégie nationale pour la biodiversité les définit comme  Utilisation par l’homme des fonctions écologiques de certains écosystèmes, à travers des usages et une réglementation qui encadrent cette utilisation. Toutefois, une fonction écologique ne prend la forme d’un service à l’homme que dans la mesure où les pratiques sociales reconnaissent le service comme tel, c’est-à-dire reconnaissent l’utilité de la fonction écologique pour le bien-être humain. L’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire distingue quatre catégories de services : les services d’approvisionnement, les services de régulation, les services de soutien, et les services culturels. Leurs effets touchent indirectement les êtres humains et sont perceptibles sur le long terme. ONU, dite : Évaluation des écosystèmes pour le millénaire. Depuis les années 1990 certaines économistes tentent de quantifier leur valeur économique.

4 de l’UE, mais inégalement répartie. 43 services écosystémiques rendus par la biodiversité identifiée dans la patrimoine naturel  national . La FRB est missionnée par le MEDDE pour être garante de la crédibilité scientifique et méthodologique des travaux de l’EFESE, via un Conseil scientifique et technique constitué pour ce projet. Services de soutien aux conditions favorables à la vie sur Terre : cycle des éléments nutritifs, oligoéléments, métaux toxiques, cycle du carbone.

Article détaillé : Valeur de la biodiversité. 153 milliards d’euros en 2005, rien qu’en considérant les principales cultures dont l’homme se nourrit. Cet écopotentiel, et ses limites sont inconnus. De même mesure-t-on mal le potentiel de réapparition d’une espèce quand elle a été éliminée d’une zone géographique où elle était présente et jouait un rôle écologique important. Rémunérer celles et ceux qui, à travers leurs pratiques, participent à cette préservation semble donc juste. C’est contre ce phénomène que les PPSE veulent lutter.

Spatial and temporal patterns in functionaldiversity, p. Changes in ecosystem services and their drivers across scenarios. Ecosystems and Human Well-Being: Scenarios, Millennium Ecosystem Assessment, Island Press, Washington DC. Les services écologiques : un nouveau concept pour le droit de l’environnement ?