Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine PDF

La Lycie est située trois études sur l’Arabie romaine et byzantine PDF sud de la Lydie, bordée à l’est par la Pamphylie, au nord par la Pisidie, à l’ouest par la Carie, et au sud par la mer Méditerranée. La région est essentiellement montagneuse, les plaines côtières sont rares et la culture se fait surtout dans l’arrière-pays.


La région est peuplée dès le IIIe millénaire, mais on ne dispose, à ce jour, que très peu de connaissance sur le début de son histoire. Arc surbaissé du pont de Limyra, le plus grand ouvrage d’ingénieur de l’Antiquité en Lycie. Le peuple des Lyciens apparaît cinq siècles plus tard. Homère, les Lyciens étaient les alliés des Troyens et de leur roi Priam, pendant la guerre de Troie.

L’étude de leur langue, typiquement anatolienne, montre une certaine parenté avec celle des Hittites. L’influence de la civilisation grecque chez les Lyciens se retrouve dans tous les domaines, le premier étant l’alphabet qu’ils se sont approprié et auquel ils rajoutèrent quelques signes. Dans le domaine religieux, ils ont adopté et adapté aux leurs des divinités grecques. Les Lyciens firent venir aussi des sculpteurs de Grèce pour orner les tombes royales. Mais cette culture grecque se perdra un peu à l’époque romaine, où l’on construira des forums, des thermes, etc. Le seul  savoir-faire indigène  qui les rendra célèbres, est la construction en pierre de leurs tombeaux dans une forme inhabituelle. La Lycie va un moment se libérer de l’emprise de Rhodes et des Séleucides et, en 167 av.

Elle fonde alors une confédération de cités. Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d’histoire, éditions Bordas, 1978. Denis Rousset, De Lycie en Cabalide. La convention entre les Lyciens et Termessos près d’Oinoanda. Rechercher les pages comportant ce texte.