Victor Hugo devant l’opinion, presse française, presse étrangère. avec une lettre PDF

Publication de propagande coloniale de 1898. Les historiens considèrent qu’elle s’est construite progressivement, est née, a été validée et a existé dans des contextes particuliers, que l’on peut particulièrement rattacher aux évolutions de la France dans les relations internationales. Napoléon qui se montre homme d’Ancien Régime, s’opposant victor Hugo devant l’opinion, presse française, presse étrangère. avec une lettre PDF l’assimilation révolutionnaire, rétablissant l’esclavage.


Victor Hugo devant l’opinion : presse française, presse étrangère. avec une lettre de M. Gustave Rivet,…
Date de l’édition originale : 1885
Sujet de l’ouvrage : Hugo, Victor

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Articles détaillés : Expédition d’Alger et Conquête de l’Algérie. La prise d’Alger le 4 juillet 1830, ne donna pas l’effet escompté: au contraire, ce succès outre-mer encouragea le régime dans un raidissement autoritaire qui conduisit à la révolution de 1830. Pour la monarchie de Juillet fraîchement installée, Alger constitue un legs plutôt encombrant et onéreux. La conquête de la plus grande Algérie est longue et difficile.

Il s’agit de concevoir ce qu’on appellerait un  lien ombilical  entre les deux rives de la Méditerranée, que l’Algérie devienne une partie intégrante de la France. La transition voit aussi le dépérissement du vieux système colonial : les révoltes antillaises revigorées par la nouvelle en 1830 de la révolution de juillet ravivent le débat sur l’abolition de l’esclavage, qui subsistera pourtant jusqu’en 1848. En Afrique de l’ouest, c’est un facteur local, la nécessité de protéger les comptoirs du Sénégal contre le djihad musulman mené par les « talibas » d’El Hadj Oumar, qui conduit les Français à amorcer la conquête de l’intérieur. Le support militaire se fait sans grand-peine grâce au réarmement et à l’accroissement de la qualité des flottes et canonnières françaises, ainsi que grâce à la multiplication de stations navales dans quasiment toutes les régions où la France possédait des colonies. Cette expansion n’est pas tellement le résultat d’une politique unie, mais plutôt d’une ambiance favorable où les initiatives ponctuelles, rarement préméditées, sont approuvées après coup par la métropole. La colonisation française a dans ses débuts été menée pour diverses raisons, parmi lesquelles la raison principale était sans aucun doute le mercantilisme, notamment le commerce triangulaire qui faisait la fortune des ports de l’Atlantique.