Wim Wenders : Un voyage dans ses films PDF

Il est le plus jeune de quatre enfants. Son père, allemand catholique devenu luthérien, a déjà deux filles d’un mariage précédent, il est alcoolique et violent avec ses enfants. Nicholas Ray étudie d’abord à l’Université de Chicago qu’il quitte en 1932, il déménage ensuite à New York et change de nom. Puis il retourne au Wisconsin, invité par Frank Lloyd Wright, avec qui il étudie wim Wenders : Un voyage dans ses films PDF Taliesin, une école d’architecture.


Il quitte à nouveau cette école pour revenir à New York. Avec à peine 100 dollars en poche, il rejoint le groupe du Théâtre d’Improvisation de New York. Nicholas Ray pour le reste de sa vie. Ray enchaîne les tournages : Les Ruelles du malheur avec Humphrey Bogart, Le Violent, en 1950. Après cette réussite, Nicholas Ray est contacté par la Warner Bros. La Warner qui a acheté les droits de Rebel Without a Cause, un livre écrit par le psychiatre Robert M.

Le sujet de la délinquance juvénile, omniprésent depuis longtemps dans les médias américains, incite Ray à s’engager dans le projet :  Ce n’était ni le psychopathe ni le fils d’une famille mal famée qui m’intéressait . Ray commence cependant à écrire sa propre histoire, The Blind Run, une histoire crue faite d’une suite de scènes choquantes et brutales, d’actes criminels, en 17 pages. Pour peaufiner le scénario de Rebel, Ray fait appel à un dynamique auteur de 32 ans, Stewart Stern. La Warner Bros doute du choix de l’acteur principal, elle aurait plutôt aimé de plus jeunes acteurs, des étoiles montantes, comme Robert Wagner, Tab Hunter ou John Kerr. James Dean meurt peu après, une semaine avant la première de La Fureur de vivre.

Alors que par son destin tragique Dean entre dans la légende, Ray est anéanti par sa mort. Il épouse en 1958 une danseuse, Betty Utley, dont il divorce en 1964, après la naissance de deux filles : Nica et Julie. Restaurateur un moment, il fait faillite. Il se perd dans ses soucis financiers, sa santé est de plus en plus déficiente, il perd l’usage de son œil droit, et porte un bandeau noir. Susan Schwartz, sa dernière épouse, une étudiante âgée de 18 ans rencontrée en 1969, à l’université de Chicago.

Malgré plusieurs opérations, il meurt d’un cancer des poumons le 16 juin 1979. Nicholas Ray est l’un des initiateurs de l’évolution du cinéma hollywoodien dans l’après-deuxième guerre mondiale, avec entre autres Elia Kazan. On peut le considérer comme un auteur tragique en ce sens que la trajectoire de ses personnages est le plus souvent prévisible dès le début du film, d’une manière assez similaire aux procédés de la tragédie grecque. Comme dans la tragédie, Nicholas Ray fait reposer la tension du récit non sur l’indétermination mais sur cette prévisibilité, le spectateur étant alors captivé par une attente contradictoire entre l’anticipation d’une fin inéluctable et le désir de voir les héros échapper à cette fin.