Y a-t-il une éducation après la modernité ? PDF

Le site web auquel vous cherchez à accéder est indisponible en raison d’une surcharge ou d’une maintenance temporaire du serveur. Y a-t-il une éducation après la modernité ? PDF nous excusons pour la gêne occasionnée et vous invitons à réessayer ultérieurement.


 » Un siècle après la découverte de l’inconscient nous nous trouvons devant un déplacement de même ampleur des repères de la condition subjective…  » Contradiction propre au sujet moderne, analyse Marcel Gauchet en ouverture de ce livre. Les brefs essais ici réunis sont autant de variations sur cette contradiction qui s’exacerbe aujourd’hui au point de générer sous nos yeux violences et désarrois. Et particulièrement dans ce lieu protégé, l’Ecole : on attendrait encore que d’un enfant elle fasse un citoyen, quand elle est désormais le lieu d’une mutation, le laboratoire du sujet à venir. Eduquer pour devenir libre, pour que chantent les lendemains, tel était le projet, la promesse. Qu’avons-nous fait ? Que faisons-nous ? Qu’est-ce qu’éduquer après la modernité, c’est-à-dire dedans, sans retour, c’est-à-dire maintenant ? Comment éduquer quand le lendemain, c’est aujourd’hui ? Quelle autre école s’invente ? avec qui ? contre qui ? et pour quel sujet ?

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère. Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon.

La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle.

En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière.